Essai

Ford Puma 2020 : sacrilège ou coup de génie ?

Ford Puma 2020 ST-Line X
Raphaelle
Rédigé par Raphaelle

Il y a un an jour pour jour j’écrivais un article titré “L’héritage malmené au nom des tendances du marché“, cet article m’était notamment inspiré par les premières révélations autour d’un nouveau modèle Ford qui se nommait “Puma”. Sacrilège ! Comment la marque pouvait-elle oser reprendre le nom de ce coupé des années 2000 pour le transformer en un SUV urbain de plus dans le paysage automobile ? Ce choix a suscité de vives réactions à son annonce, mais pour autant, maintenant que la voiture arrive sur le marché, est-ce toujours aussi scandaleux ? Peut-être pas finalement, et je vais vous expliquer pourquoi.

Ford Puma 2020 ST-Line X

Une philosophie plus qu’un modèle

Il ne faut pas se leurrer, quand certains changements ne vont pas dans notre sens, on y est vite hermétique. Je suis la première à reconnaître que cela m’arrive fréquemment, et je l’ai constaté chez pas mal de mes lecteurs réguliers également.

Teaser Ford Puma crossover hybride

Quand on pousse des cris d’orfraie alors même que l’on n’a aperçu qu’un nom et une vague silhouette du modèle, la réaction semble légèrement disproportionnée. C’est d’ailleurs ce que Fabrice Devanlay (Directeur Relations Extérieures et Affaires Publiques de Ford France) me répondait suite à mon article :

Je dois bien admettre qu’il avait raison (enfin en partie tout du moins). On est attaché au nom par rapport à un modèle, alors qu’il faudrait s’attacher à son usage (un véhicule urbain de son temps).

Ford Puma - IAA2019

La découverte du Ford Puma sur le salon de Francfort a été une première étape. Si l’ancienne Ford Puma était plutôt mignonne (enfin pour ceux qui étaient sensibles à son style), le nouveau Puma est assez plaisant. Oui une chose à retenir, avant d’aller plus loin dans les présentations, c’est qu’il y a eu un changement de sexe entre les années 2000 et maintenant, on ne dit plus “la Puma” mais “le Puma” (SUV = sexe masculin généralement). Bref, quand on observe le Puma sur le stand de la marque à l’IAA Francfort, on commence à comprendre la démarche du constructeur, et cela devient encore plus clair une fois que l’on passe à son essai.

Design extérieur et intérieur

Face à Renault Captur et Peugeot 2008 (les leaders du segment), je place le Ford Puma en tête sur la question du design extérieur, et ce sans aucune hésitation, mais on verra que cela se gâte, hélas, quand on passe à l’esthétique intérieure.

Ford Puma 2020 Titanium

Que ce soit sur les proportions, les courbes, l’allure, je dois bien dire que le Ford Puma est séduisant. À l’opposé du 2008 qui a voulu accentuer son caractère SUV, le Ford Puma mise sur l’ambivalence. Quand on sait que le design est un des éléments clés des ventes, cela pourrait permettre à Ford d’aller grappiller des parts de marché.

Ford Puma 2020 ST-Line X

Un des éléments qui me plait particulièrement sur cette nouveauté, et qui lui confère beaucoup de son charme, c’est le dessin des phares avant. Si vous avez une impression de déjà-vu, c’est normal, ils sont inspirés de la Ford GT. Je m’étais d’ailleurs amusée à en piéger certains sur la page Facebook de Miss280ch.

En fonction des finitions, vous noterez une évolution sensible de la face avant du modèle. Lors de notre essai nous avions à disposition Titanium et ST-Line X. Titanium étant plus “chic” (et confort), quand ST-Line X aspire à plus de sportivité. Mais les finitions ne reposent pas uniquement sur l’esthétique, pour le coup la différence s’est révélée assez nette dans le comportement entre nos deux versions d’essai.

Ford Puma 2020 Titanium

Alors que certains concurrents se sont lancés dans une course sur la montée en gamme de leurs nouveautés, Ford semble avoir opté pour une évolution en douceur. Il y a ça et là des touches d’originalité, visibles notamment sur la finition Titanium (j’aime assez la finition tissu sur les portières), mais l’ensemble reste assez traditionnel, voire même un peu austère par certains aspects. Mais c’est sans compter sur un autre atout du modèle qui se trouve au niveau du coffre.

Généralement dans les modèles SUV urbain, l’espace à bord pour les occupants se fait aux dépens des capacités de stockage du coffre. Ici, on a un espace intérieur satisfaisant, mais surtout une surprise au niveau du coffre, la MegaBox. Un espace supplémentaire de rangement sous le plancher (amovible), qui peut même se transformer en espace de stockage de glace ou d’eau (vu qu’il dispose d’un bouchon de vidange au fond), le genre d’astuce que l’on s’attend plutôt à croiser dans un véhicule d’aventure comme le Wrangler que dans un modèle urbain de chez Ford. Avec cet emplacement de stockage supplémentaire, la capacité du coffre de ce Ford Puma est annoncée à 402 litres. Si vous êtes fort au Tetris, cela vous permettra de partir avec le coffre bien optimisé, même à 5 dans la voiture.

Motorisations et comportement routier

Notre essai portait sur les deux nouvelles motorisations à hybridation légère qui accompagnent le lancement du Ford Puma. Un 3 cylindres 1.0 EcoBoost mHEV de 125 ch et une version de 155 ch, en boîte manuelle 6 rapports.

Ces deux versions sont désormais complétées par :

  • 1.0 EcoBoost 125 ch BVM6 (Essence sans hybridation)
  • 1.0 EcoBoost 125 ch BVA7 (Essence sans hybridation)
  • 1.5 EcoBlue 120 ch BVM6 (Diesel)
ford puma hybrid

Ce moteur EcoBoost Hybrid mHEV (mild-hybrid) ajoute un alterno-démarreur ainsi qu’une batterie 48V au moteur essence EcoBoost. L’objectif est double, faire baisser sensiblement les consommations d’essence et apporter un couple supplémentaire à bas régime, l’hybridation légère agissant surtout comme un coup de pouce pour le moteur essence dans les phases d’accélération. La version essence 125 ch sans hybridation annonce une consommation de 5.7 l /100km (norme WLTP) et 131 g de CO2/km, lorsque l’équivalent avec l’hybridation légère fait valoir 5.4 l/100 km (norme WLTP) et 124 g de Co2/km.

Ford Puma 2020 ST-Line X

Lors de mon essai, la consommation de cette motorisation 125 ch mHEV n’était pas trop éloignée de ces chiffres WLTP avec une consommation indiquée autour de 6.0 l/100 km dès que l’on conduite de manière coulée. Je ne peux pas tout à fait dire la même chose de la version 155ch mHEV, que je n’ai pas réussi à faire descendre en dessous de 7.0 l/100 km, il faut dire que son châssis plus typé dynamique et les routes du coin n’invitaient pas forcément à la promenade douce.

Ford Puma 2020 125 ch mHEV

Dans un premier temps, j’ai testé la version 155 ch mHEV avec la finition ST-Line X. Avec ses suspensions sport et ses jantes 18 pouces, cette version plus dynamique du Puma n’est pas celle qui vous offrira le plus de repos. Le confort est assez ferme, mais offre en parallèle une meilleure remontée d’information de la route, du coup on a tendance à en profiter pour adopter une conduite plus dynamique. Le moteur de 155 ch a du répondant (mais il est assez bavard), dans les reprises, on devine l’aide de l’hybridation légère, mais c’est subtil. Par contre, je dois bien avouer que la tenue de route de ce Puma ST-Line X m’a surprise, car tous les SUV urbains sont loin d’offrir les mêmes possibilités sur les routes sinueuses que l’on a emprunté (on sent que le modèle a été pensé pour l’Europe par les équipes européennes de la marque).

Ford Puma 2020 ST-Line X

Le lendemain, c’est au volant de la version 125 ch mHEV Titanium que j’ai poursuivi l’essai. Plus typé confort et avec une motorisation qui semble plus souple, on en vient à se demander si l’on essaye bien le même modèle. J’accentue volontairement le trait, mais il y avait une vraie différence au niveau du caractère même de l’auto. J’ai fait ma boucle de 2h d’essai, en profitant des routes pour optimiser ma consommation, et apprécier les beaux paysages autour de moi.

Ford Puma 2020 Titanium

Chose assez drôle, quand arrive le moment d’échanger nos avis sur les deux versions entre collègues-essayeurs à la fin de l’essai, on arriverait presque à un 50/50. Une moitié du groupe préfère la version ST-Line-X et son moteur 155 ch plus pêchu et surtout plus présent dans l’habitacle, quand le même nombre aura préféré la discrétion et la souplesse de la version Titanium en 125 ch. Deux salles, deux ambiances, c’est vraiment une question de goût.

Ce qu’il faut retenir

Pour choisir sa finition et sa motorisation, il faut vraiment se poser la question de son usage. Vous roulez en ville de manière plutôt cool et vous cherchez un minimum de confort, la version 125 ch mHEV Titanium semble la plus efficiente et la plus agréable, notamment pour passer ces maudits ralentisseurs qui envahissent les villes. Si par contre vous avez le pied droit qui vous démange un peu et que vous aimez avoir plus de répondant quand vous sollicitez votre véhicule, alors la version 155 ch mHEV sera plus adaptée, et si vous voulez un véhicule plus dynamique, vous opterez pour la finition ST-Line X (ou supérieure quand elles seront disponibles).

Ford Puma 2020 ST-Line X

Si l’intérieur de ce nouveau Puma n’est d’apparence pas une révolution, il est quand même technologiquement à la page (selon les équipements de série ou options choisies en fonction des finitions). Son système d’infodivertissement SYNC3 de 8″ est efficace et rapide, un compteur numérique de 12,3″ peut prendre place derrière le volant, on peut avoir aussi une station de recharge par induction, un modem 4G FordPass, un système audio B&O, etc. Il en va de même pour ce qui concerne les aides à la conduite disponibles, notamment de série sur les finitions les plus hautes, le Ford Puma peut offrir un niveau d’ADAS quasi de niveau 2.

Ford Puma 2020 Titanium

Quant au prix me direz-vous ? Par rapport aux versions que j’ai pu essayer, le tarif débute à partir de 22 900 € pour la version 125 ch mHEV en Titanium et 27 900 € pour la version 155 ch mHEV en ST-Line X. J’ai surtout apprécié la version 125 ch mHEV en finition Titanium, mais elle nécessitera quelques options supplémentaires pour offrir le niveau de confort qui lui convient.

Ford Puma 2020 ST-Line X

Même si ce Ford Puma devient un n-ième SUV urbain, il est loin d’être dénué d’intérêt, je pense même qu’il va séduire sa cible. Je comprends mieux pourquoi on me disait d’attendre un peu avant de la juger sur pièce, bon, ai-je quand même encore le droit de râler sur Mustang Mach-e ?

A propos de l'auteur

Raphaelle

Raphaelle

Avoir des chromosomes XX n'empêche pas d'apprécier les voitures et les belles mécaniques, bien au contraire. Je pense même que cela permet d'apporter un regard différent sur le secteur automobile, sans pour autant devoir se limiter à commenter la palette des couleurs des citadines.

J'ai grandi baignée dans l'univers automobile, je me suis fait plaisir avec des sportives raisonnables, j'ai passé des heures voire des week-ends au sein de clubs automobiles. Depuis maintenant plus de 7 ans, j'édite seule le site Miss280ch. Entre coups de coeur et coups de gueule, je m'exprime souvent sans langue de bois, mais toujours avec humour et honnêteté.

Basée en Alsace, je profite de l'Autobahn illimité pour taquiner les VMax des voitures ou des Vosges pour tester les châssis ... ce terrain de jeu est parfait.

1 commentaire

  • Ouais tu as le droit de râler carrément sur la Mach-E… parce que LE Puma est peut-être sympa mais c’est, comme tu le dis si bien, un énièèèèèèèèèèèèèèèèèème SUV urbain… mais passe encore pour des raisons de volumes de vente.
    Mais la Mach-E………………. OMG !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!! (en même temps, on va avoir droit à un SUV Ferrari et là, ce sera la fin des haricots……………)
    Heureusement que Lancia est morte, sinon j’aurais eu droit à quoi : un SUV Appia ?????????????

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.