Coup de gueule

Ralentisseurs, dos d’âne … Sécurité ou insécurité routière ?

Photo de ralentisseur (hors norme)
Raphaelle
Rédigé par Raphaelle

Alors que je testais aujourd’hui une marque de voiture connue pour son confort, mon itinéraire a croisé de nombreux ralentisseurs, plus d’une cinquantaine sur la journée. Malgré un véhicule légèrement surélevé et des suspensions moelleuses à souhait, j’ai subi cet aménagement de la chaussée qui a littéralement envahi villes et villages, devenant la bête noire des automobilistes, mais aussi de tous les professionnels de la route.

Souvent non conforme au niveau de la forme, de la taille, de la signalétique ou de leur emplacement, rien ne semble pourtant ralentir l’investissement des maires dans ce nouveau joujou, sur lequel ils ont quasiment tout pouvoir.

Que dit le décret sur les ralentisseurs ?

La conformité d’implantation d’un ralentisseur notamment trapézoïdale (souvent les pires) répond au Décret n°94-447 du 27 mai 1994. Il faut retenir que son installation doit répondre à plusieurs critères :

  • Se limiter aux agglomérations, aux aires de service ou de repos routières ou autoroutières ainsi qu’aux chemins forestiers.
  • Seulement sur une section de voie limitée à 30 km/ h.
  • Comporter obligatoirement un passage piéton (pour les ralentisseurs de forme trapézoïdale seulement)
Ralentisseur - zone 30 km/h

Mais que leur implantation n’est pas autorisée :

  • sur des voies où le trafic est supérieur à 3 000 véhicules en moyenne journalière annuelle,
  • sur les voies à grande circulation, sur les voies supportant un trafic poids lourds supérieur à 300 véhicules en moyenne journalière annuelle, sur les voies de desserte de transport public de personnes ainsi que sur celles desservant des centres de secours, sauf accord préalable des services concernés,
  • à moins d’une distance de 200 mètres des limites d’une agglomération ou d’une section de route à 70 km/ h,
  • sur les voies dont la déclivité est supérieure à 4 p. 100,
  • dans les virages de rayon inférieur à 200 mètres et en sortie de ces derniers à une distance de moins de 40 mètres de ceux-ci
  • sur ou dans un ouvrage d’art et à moins de 25 mètres de part et d’autre.

Quant à la forme, la norme NF P 98-300 fournit un cahier des charges précis aux communes, je vous affiche le joli schéma qui indique les dimensions à respecter (en théorie) :

schema norme des ralentisseurs

Bref, à ce niveau-là, nous sommes déjà nombreux à être en mesure de lister les communes et les ralentisseurs hors normes, selon une étude 37% des ralentisseurs sont concernés (plus de 1 sur 3). Sachant que certaines agglomérations feintent en installant des plateaux (zones plus longues, mais avec les mêmes caractéristiques que le ralentisseur trapézoïdal) qui ont des normes plus souples.

Il n’y a d’ailleurs pas besoin de sortir le mètre pour savoir si un ralentisseur est non conforme, il suffit généralement d’observer le revêtement et de constater les traces laissées par les bas de caisse (et autres organes des voitures).

Nuisance de la vitesse vs nuisance du bruit

Si certains maires un peu zélés sont souvent à l’origine des ralentisseurs, les riverains de certains patelins sont aussi assez régulièrement à blâmer. Ils se plaignent d’une vitesse excessive sur la rue, et le maire lassé de les entendre geindre finit par dégainer le carnet de chèques (enfin vous savez celui qui est alimenté par l’argent des administrés de ladite commune, entre autres). C’est aussi typiquement le genre de mesures issues de promesses de campagnes électorales : “rendre la ville plus sûre”.

Sauf que d’une nuisance sonore liée à une vitesse excessive plus ou moins ponctuelle (et défini à l’oreille ou au doigt mouillé), les riverains vont se taper les bruits répétés du ralentisseur, et croyez-moi c’est sûrement la pire punition pour avoir ramené leur fraise. Freinage, bruit de suspension (voire de raclage d’éléments de carrosserie), impact à la descente et ré-accélération, et ça répété encore, et encore, et encore…

Car tant qu’à installer un ralentisseur, le maire aura la fichue manie de choisir celui qui ne respecte pas les normes, pourquoi ? Parce que sinon il n’est pas assez méchant pour être efficace, si l’on en croit les maires des communes qui installent ces ralentisseurs en dépit de la loi.

[Je fais un aparté, j’en profite pour remercier le maire de mon patelin de 900 âmes de ne pas céder à cette folie, et pourtant les excès de vitesse sont légion, c’est le premier à dire que le remède est pire que le mal.]

Les maires, juges et parties du dossier

Pour moi le principal problème vient de là. Pour pouvoir installer un ralentisseur, il faut avoir autorité pour baisser la limitation de vitesse à 30 km/h sur cette section de voie. Pour rappel, le Code de la route indique bien que la vitesse maximum en agglomération est de 50 km/h. Il est cependant possible d’abaisser cette vitesse pour faciliter la cohabitation entre piétons et véhicules motorisés. Depuis c’est un peu parti en vrille, genre chacun fait plus ou moins ce qu’il veut tant qu’il n’essaie pas de passer une double voie à 30 km/h, tout va bien.

Et donc je vous laisse deviner qui a autorité pour prendre cette décision du passage à 30 km/h ? Le maire, bien entendu.

Il n’y a bien que quand l’axe dessert un centre de secours que cette petite magouille pose problème, et que le Conseil Général ou le préfet peuvent mettre leur veto. Sauf que dans les faits, on se rend bien compte qu’il semble y avoir carte blanche sur le sujet. Demandez aux pompiers ou ambulanciers, ils font partie de ceux qui doivent composer au quotidien avec ce non-sens appliqué à la circulation routière malgré l’urgence de leurs interventions, mettant même à l’occasion hors-service leur matériel d’intervention.

Des conséquences sous-estimées

Au-delà de l’inconfort physique généré par le passage répété sur ces ralentisseurs (qu’ils soient ou non en conformité), il y a quand même un vrai problème d’usure prématurée des véhicules (camions et bus compris) et de danger immédiat pour les motards.

Même en passant les ralentisseurs en dessous des 30 km/h, l’impact généré par le choc n’est pas neutre. Suspensions, rotules, pneumatiques, carters et échappements en voient de toutes les couleurs. Et je ne parle même pas de ceux qui se prennent pour des pilotes du rallye WRC de Finlande à se lancer dans des “jump !” à des vitesses bien trop importantes pour que la voiture ne morfle pas au passage (même s’ils sont hauts sur pattes).

Et que dire face à certaines voitures de sport incapables de franchir l’obstacle de front (voire quelques anciennes dans le même cas). Même avec mon ex-350Z (non modifiée) je devais prendre 80% des ralentisseurs de biais pour éviter d’entendre ce bruit qui vous glace le sang, celui du nez de la voiture qui frotte le bitume. J’en parlais aussi lors de mon essai de la Lotus Elise.

Je fais partie de ceux qui ont tendance à penser que la SUVétisation de notre parc automobile (notamment en ville) est grandement corrélée au niveau d’emmerde générée par les infrastructures routières et aménagements urbains, sauf que la majorité des acheteurs de ces véhicules ne savent pas que l’impact et le confort sera identique à une autre carrosserie moins haute sur roue (sauf versions prévues pour l’off-road)

Mais tout ceci n’est que matériel, j’ai une pensée pour le dos et les cervicales de tous ceux qui passent leur journée au volant de véhicules qui empruntent des villes remplies de ces pièges urbains. Un jour peut-être, les pathologies du dos des professionnels de la route seront associées à tous ces aménagements de la chaussée (je pense aussi aux chicanes à la c*n), et qu’ils ne deviennent pas juste plus fréquents à cause d’une mauvaise posture ou du confort des véhicules. Enfin le pire est sûrement pour les motards qui peuvent se faire surprendre, notamment la nuit ou par temps de pluie, par l’impact de ces ralentisseurs et provoquer une chute (peut-être même handicapante ou mortelle).

Comme en France, nos têtes pensantes n’ont toujours pas compris que “sanctionner n’est pas éduquer”, hélas ces ralentisseurs, ces chicanes, ces radars et autres ronds-points continueront à fleurir sur le territoire. Au plus grand bonheur de ceux qui gagnent grassement leur vie grâce à la crédulité de nos élus (enfin, quand ils ne sont pas de mèche). Reste que si aucun contrôle ne semble exister en amont de l’implantation, les maires ne sont pas au-dessus des lois, et certains, rattrapés par la justice, ont déjà eu à verser des indemnités pour des dégâts causés sur des véhicules et à remettre en conformité leurs ralentisseurs.

A propos de l'auteur

Raphaelle

Raphaelle

Avoir des chromosomes XX n'empêche pas d'apprécier les voitures et les belles mécaniques, bien au contraire. Je pense même que cela permet d'apporter un regard différent sur le secteur automobile, sans pour autant devoir se limiter à commenter la palette des couleurs des citadines.

J'ai grandi baignée dans l'univers automobile, je me suis fait plaisir avec des sportives raisonnables, j'ai passé des heures voire des week-ends au sein de clubs automobiles. Depuis maintenant plus de 7 ans, j'édite seule le site Miss280ch. Entre coups de coeur et coups de gueule, je m'exprime souvent sans langue de bois, mais toujours avec humour et honnêteté.

Basée en Alsace, je profite de l'Autobahn illimité pour taquiner les VMax des voitures ou des Vosges pour tester les châssis ... ce terrain de jeu est parfait.

4 commentaires

  • Comme tout le monde, je ne cesse de râler contre la plaie des ralentisseurs, plateaux et autres. Non seulement en tant qu’amateur de voitures sportives et d’anciennes, et comme motards. Même avec les gros SUV, c’est juste insupportable. Je suis donc particulièrement attentif au respect des normes de ces « casse-voiture », et opposé par principe à cette pandémie qui touche la France.

    SAUF QUE…
    Car ceci posé, reste néanmoins un problème pratique :
    Comment contraindre les fous furieux à un tant soit peu de prudence en certains endroits particulièrement dangereux ?

    Exemple :
    Dans le hameau de ma maison de campagne, une longue montée incite voitures et motos à ne pas respecter les 50km/h au bas de celle-ci. D’autant plus que depuis la mise en place d’un stop en bas, nombre de crétins le confondent avec un départ de dragster…
    Ce serait un mal relativement supportable si après les 200 premiers mètres, n’était un virage sans aucune visibilité. Qui plus est dans un passage particulièrement étroit ! Tous coupent donc le virage pour ne pas ralentir. Tant pis si lors de leur passage, cars scolaires, camions et autres tracteurs occupent les 2/3 de la chaussée du fait de son étroitesse.

    Il ne s’agit nullement de confort. La nuisance sonore est ici anecdotique. En revanche, il devient dangereux pour certains riverains de sortir de chez eux, tant le couple vitesse excessive / absence de visibilité approche toute sortie de chez eux de la roulette russe !

    Rien n’y fait. Même les accidents (heureusement légers jusqu’ici) qui se multiplient.

    La mairie a donc décidé de contraindre les véhicules à ralentir en réalisant un « plateau ».

    J’avoue ne savoir qu’espérer.
    – Si le plateau respecte les normes, il ne dissuadera que peu de ces crétins.
    – S’il est efficace, et donc « hors normes », il sera dangereux pour les véhicules comme pour la circulation.
    Peut-être une chicane serait-elle « moins inefficace » ?

    Parce que malheureusement compter sur la responsabilité ou l’esprit civique de mes concitoyens me semble totalement illusoire. Nous ne sommes ni en Scandinavie ni en Suisse.
    Je crains que les bienfaits de « l’éducation » ne restent un vœu pieux. Ne serait-ce que le temps qu’elle se diffuse dans la population.
    Surtout si l’on rapporte l’un ou l’autre espoir à la montée irrésistible de ce que l’on qualifie pudiquement « d’incivilités » (doux euphémisme journalistique…). Cela revient à fonder des espoirs sur le fromage blanc qu’ont entre les deux oreilles nombre de nos contemporains. Autrement dit être aussi idiot qu’eux…

    Alors, QUID ???

    (J’ai bien suggéré l’installation d’un canon de 20mm couplé à un radar de vitesse. Mais il paraît que ce serait politiquement incorrect ???)…

    • Malgré une passion viscérale pour l’automobile, pour répondre à ton QUID, je propose deux solutions, pouvant être complémentaires :

      – arrêter de faire des bagnoles de 250ch pour rouler à 80 km/H
      – tous rouler en voitures de collection au quotidien, histoire de se faire plaisir sans rouler vite (ça, j’ai déjà adopté)

      Quoi, tu doutes de l’adhésion de nos “contemporains fromage blanc” à mes 2 génialissimes solutions ? J’comprends pas ????????????? :))

    • Est ce qu’il y aurait une intersection dans ton hameau par hasard?
      Plutôt qu’un canon couplé à un radar de vitesse, un feu rouge couplé à un radar de vitesse serait plus politiquement correct car moins radical et plus efficace qu’une chicane ou un dos d’âne à mon avis.
      Perso, je ne comprend pas pourquoi ce n’est pas intégré à chaque feu rouge d’ailleurs.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.