Essai

2 jours en Toyota Yaris GR Sport

Essai Toyota Yaris GR Sport (100ch)
Raphaelle
Rédigé par Raphaelle

Cette Toyota Yaris GR Sport prend son inspiration de la petite bombinette sportive de Toyota, la Yaris GRMN. Elle se veut un compromis un peu plus dynamique de la Yaris classique, mais avec 100 ch et un moteur hybride, peut-elle vraiment nous surprendre ?

Cet essai se déroule en local (un petit plus pour moi) avec comme point de départ la concession Toyota de Mulhouse, c’était l’occasion d’avoir en prime quelques conseils d’un spécialiste de l’éco-conduite (que j’ai d’ailleurs retrouvé quelques semaines plus tard dans une équipe concurrente lors de notre compétition des 24h de l’hybride Toyota). Bref je prends le volant avec des éléments intéressants pour optimiser ma conduite éco, et c’est parti pour des trajets comme je pourrais avoir à les faire au quotidien.

Essai Toyota Yaris GR Sport (100ch)

A propos de cette Yaris GR Sport

Elle a été dévoilée au Mondial de l’automobile de Paris 2018 en même temps que la série limitée 20ème anniversaire de la Yaris, et sur un stand Toyota plutôt bien doté en nouveautés. Car oui le modèle a déjà 20 ans de bons et loyaux services.

Un succès qui se poursuit, et s’amplifie même, avec de bons chiffres pour l’année 2018 (36 587 immatriculations sur l’année) et un début d’année 2019 prometteur avec 16 000 commandes enregistrées sur les 4 premiers mois. Ces résultats sont dopés par des ventes de motorisations hybrides toujours en hausse en France (près de la moitié des ventes pour la Yaris), et par la campagne de publicité “origine France garantie”.

Essai Toyota Yaris GR Sport (100ch)

Mais concentrons-nous sur cette version GR Sport. Dans sa livrée blanche, elle joue de sa ressemblance avec la Yaris GRMN développée par Gazoo Racing, ce qui n’est clairement pas le cas dans la version rouge que j’ai eu en test, qui perd du coup un peu de son charme. Si la couleur rouge chilien n’est à mon avis pas celle qui lui sied le mieux (elle est disponible en 4 coloris au total : blanc, bleu, gris et rouge), elle garde quand même les spécificités extérieures de cette déclinaison :

  • Toit noir bi-ton doté d’une antenne-requin et d’un becquet,
  • Vitres arrière sur teintées et badge GR,
  • Jantes noires de 17 pouces spécifiques,
  • Autres éléments noirs spécifiques à cette version : baguettes latérales de porte, calandre en nid d’abeille, coques de rétroviseurs, enjoliveurs d’antibrouillard, blocs optiques spécifiques à fond noir …
Essai Toyota Yaris GR Sport (100ch)

A l’intérieur aussi il y a des changements. Les sigles GR font leur apparition sur le volant (identique à celui de la GT86), sur les tapis de sol, sur l’écran de démarrage ainsi que sur les sièges. On s’y croit presque, surtout que cette déclinaison GR Sport dispose de sièges un peu plus typés sport (mais loin des baquets de la GRMN).

Je m’étais amusée d’ailleurs à publier la photo suivante pour voir qui penserait à autre chose qu’une Yaris GRMN, mais les plus attentifs ne se sont pas fait prendre.

Essai Toyota Yaris GR Sport (100ch)

On a donc finalement une Toyota Yaris qui a un peu plus de caractère que les modèles classiques du catalogue par son allure extérieur, mais aussi par son intérieur un peu plus soigné. Mais cela ne s’arrête pas là.

Des modifications aussi techniques

Toyota aurait pu s’arrêter à quelques embellissements esthétiques pour cette version typée “sport”, comme pour l’édition spéciale 20ème anniversaire, mais ils sont allés plus loin.

Essai Toyota Yaris GR Sport (100ch)

La Toyota Yaris GR Sport a subi quelques modifications techniques qui la rendent plus dynamique :

  • Amortisseurs Sachs Performance (identiques à ceux de la Yaris GRMN),
  • Barre antiroulis pleine (et non creuse comme sur les autres Yaris) pour gagner en rigidité,
  • Garde au sol réduite de 11 mm,
  • Pneus Bridgestone Potenza RE50 205/45R17 (aussi identiques à ceux de la GRMN) sur jantes 17″ spéciales

Sur le papier, on a donc pas mal d’éléments qui laissent présager que la Yaris GR Sport doit avoir une tenue de route qui pourrait permettre de s’amuser un peu plus qu’avec une autre Yaris standard. Enfin, cela aurait probablement été le cas si la Yaris GR Sport était équipée du moteur essence 1.5 VVT-i de 110 ch et de sa boîte manuelle à 6 rapports. Hélas, associer le moteur 1.5 hybride était un choix audacieux, mais finalement un peu antinomique à mon avis.

Essai Toyota Yaris GR Sport (100ch)

La motorisation hybride Toyota est géniale pour optimiser ses déplacements en conservant une consommation basse, mais y adjoindre des modifications visant à rendre son comportement plus dynamique ne colle pas vraiment. Du coup, soit on exploite son caractère plus dynamique (et on sent qu’elle a du potentiel en la matière) en consommant pas mal, soit on fait de l’éco-conduite et dans ces cas-là la rigidité apportée à l’ensemble n’apporte pas grand-chose de plus.

Essai Toyota Yaris GR Sport (100ch)

Si le premier jour je me suis un peu amusée dans les courbes et les ronds-points sans trop regarder la consommation (je crois entre 5.5 et 6 litres), le deuxième jour je me suis plutôt lancée dans un challenge d’éco-conduite en parcourant la campagne alsacienne.

J’ai d’ailleurs déposé à la concession la Yaris hybride avec une consommation de 3.3 l/100 km au compteur (sur un parcours d’environ 40 km fait en mode optimisation l’après-midi avant de la rendre), ce qui correspond à la consommation mixte annoncée par la marque (en NEDC corrélé). Selon la nouvelle norme WLTP, la consommation mixte serait de 3.9 l/100km avec une émission de CO2 de 84g. Sur la journée, ma moyenne s’établissait autour des 4.0 l/100km, j’étais donc dans les clous.

Essai Toyota Yaris GR Sport (100ch) - consommation hybride

Bilan de cet essai

Cette Yaris GR Sport est donc pertinente pour une consommation d’essence maîtrisée, son terrain de jeu sera donc essentiellement la ville pour vraiment exploiter le potentiel de cette motorisation hybride. La Yaris est une citadine au gabarit intéressant (pour un poids de 1090 kg) et pratique avec ses 5 portes, sa prise en main est plus que facile (si ce n’est qu’il faut savoir où se trouve le bouton pour activer la trappe à essence, c’est piège quand on n’est pas habitué aux Toyota, et que je tairais mes commentaires sur le système embarqué). Reste qu’avec la motorisation hybride, le coffre est un peu plus restreint, mais cela demeure suffisant pour aller faire les courses hebdomadaires.

Essai Toyota Yaris GR Sport (100ch)

N’ayant pas une grande expérience des autres Yaris, je ne saurais concrètement dire si les modifications techniques apportées par cette finition GR Sport changent suffisamment son comportement pour être notable au quotidien. Mais je dois bien avouer que les finitions esthétiques intérieures et extérieures donnent un peu de peps à la Yaris, donc rien que pour ça je vote “pour”.

Essai Toyota Yaris GR Sport (100ch)

Avec un prix de départ à 20 950€ (en ce moment), c’est vraiment pour profiter d’une motorisation hybride pertinente avec un look un peu sport que j’opterais pour cette Yaris GR Sport, car si on cherche une vraie petite citadine sportive, je conseillerais plutôt la Suzuki Swift Sport (mais c’est un moteur thermique et plus gourmand).

L'avis parfaitement subjectif de Miss280ch // Toyota Yaris GR Sport
Overall
6.5/10
6.5/10
  • Look Global - 7/10
    7/10
  • Motorisation - 6.5/10
    6.5/10
  • Confort & équipements - 5.5/10
    5.5/10
  • Rapport Qualité / Prix - 7/10
    7/10

La testeuse en dit :

Pas évident de donner une note à cette Yaris GR Sport, parce qu’elle me laisse un peu le c*l entre deux chaises, soyons franc !
Si l’on cherche une citadine avec motorisation hybride classique qui a une bonne tête, cette Yaris GR Sport je la valide presque à 100%. Il faut dire il n’y a pas grand monde face à elle, mais cela va venir avec des plug-in hybride qui débarquent de plus en plus.
Maintenant si l’on cherche une petite sportive malgré la finition GR Sport, vous serez probablement frustré par l’hybride qui gâche sûrement un peu les développements fait sur ce modèle pour améliorer sa tenue de route et son comportement dynamique.
Enfin si je n’ai pas eu à me plaindre du confort des sièges, le système d’infotainement embarqué est clairement pas le point fort de l’auto, et même s’il y a d’autres équipements pour compenser (la caméra de recul, l’adaptateur, etc etc … ), l’impression globale est un peu mitigé (on devient exigeant).
Cela reste quand même bon pour une citadine !

A propos de l'auteur

Raphaelle

Raphaelle

Avoir des chromosomes XX n'empêche pas d'apprécier les voitures et les belles mécaniques, bien au contraire. Je pense même que cela permet d'apporter un regard différent sur le secteur automobile, sans pour autant devoir se limiter à commenter la palette des couleurs des citadines.

J'ai grandi baignée dans l'univers automobile, je me suis fait plaisir avec des sportives raisonnables, j'ai passé des heures voire des week-ends au sein de clubs automobiles. Depuis maintenant plus de 7 ans, j'édite seule le site Miss280ch. Entre coups de coeur et coups de gueule, je m'exprime souvent sans langue de bois, mais toujours avec humour et honnêteté.

Basée en Alsace, je profite de l'Autobahn illimité pour taquiner les VMax des voitures ou des Vosges pour tester les châssis ... ce terrain de jeu est parfait.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.