Evenements auto

WRC Sardaigne : 3 jours au sein de l’équipe Toyota Gazoo Racing

WRC Sardaigne 2018
Raphaelle
Rédigé par Raphaelle

Si vous avez l’habitude de lire le blog, vous savez que je n’y parle quasiment jamais de sport automobile, pour une simple et bonne raison, je suis une buse sur ces sujets là. Alors je laisse les pros et les passionnés vous en parler, ils le feront bien mieux que moi. Par contre je suis de nature très curieuse, et tout ce que je ne connais pas bien est susceptible de m’intéresser. Alors quand on me propose d’assister au Rallye WRC de Sardaigne, je ne peux que sauter sur l’occasion pour découvrir cette discipline, histoire d’associer autre chose que le nom de Sebastien Loeb à ce sport auto. Mission réussie ! j’ai “presque” tout compris.

Des spéciales, de la terre et du spectacle …

Le rallye de Sardaigne intervient à mi-saison du championnat WRC, et si certaines années il n’y avait pas beaucoup de surprise quant au nom du vainqueur potentiel de l’épreuve, cette année le jeu est beaucoup plus serré. Ogier et Neuville se bataillent sur chaque rallye pour grappiller le maximum de points, et chaque seconde et même dixième de seconde compte dans cet effort, ce qui offre un sacré spectacle aux fans de la discipline.

WRC Sardaigne 2018

Toyota espérait bien jouer encore les trouble-fêtes lors de ce rallye d’Italie en imposant Tanak comme au rallye d’Argentine, en tout cas on était présent pour apporter tous nos encouragements à la team Toyota Gazoo Racing composé des 3 pilotes (et copilotes of course) : Tanak (et Jarveoia), Lappi (et Ferm), Latvala (et Anttila).

WRC Sardaigne 2018

Jour 1 :

Pour commencer l’immersion et avant de se rendre sur une première spéciale, nous avons déjeuner au service park du team Toyota Gazoo Racing. Si pour nous le déjeuner était plutôt un moment relax, derrière nous les équipes techniques s’afféraient pour faire toutes les réparations nécessaires l’espace des 30 minutes disponibles à mi-journée pour refaire une petite santé aux automobiles engagées.

WRC Sardaigne 2018

Nous venions d’arriver à Alghero mais les équipages quant à eux rentraient de la spéciale n°5 et se préparaient pour les 4 suivantes de la journée et leurs parcours de liaison. D’ailleurs à peine les voitures quittaient le service park que nous avons nous aussi levé le camp pour nous rendre jusqu’à SS 7 de l’après-midi. Un bon moyen de voir à quoi ressemble les routes de liaison qu’empruntent les voitures de rallye au milieu de la circulation habituelle de l’île.

WRC Sardaigne 2018

Nous voilà ensuite à attendre l’arrivée des premières voitures sur notre spéciale où Toyota avait installé une tente d’accueil pour ses invités, histoire de ne rien loupé de ce tronçon passant de piste en terre à asphalte. Alors que les pilotes étaient confrontés à la pluie et la boue sur la SS6, nous les attendions au soleil, drôle de météo en Sardaigne… Le passage des ouvreuses annonçait l’arrivée prochaine des premiers compétiteurs, nous voilà enfin vraiment plongés dans l’atmosphère rallye avec les panaches de poussières soulevés à chaque passage des concurrents.

WRC Sardaigne 2018

Pas possible de suivre une autre spéciale dans les temps, nous rentrons à notre camp de base, l’occasion d’en apprendre beaucoup plus en voiture sur le règlement et de débriefer sur les résultats du jour grâce à notre super guide du week-end : Anne Chantal Pauwels. Cette ancienne Co-Pilote de rallye (entre autre) était sûrement la meilleure accompagnatrice que je pouvais espérer pour cette découverte du WRC. Et je ne dis pas ça parce que c’est une femme (bien trop rare dans le sport auto), mais parce qu’en plus d’être réellement passionnée, elle sait très bien transmettre son savoir, et ce n’est pas donné à tout le monde d’être pédagogue. Bref le vrai plus du week-end pour moi !

WRC Sardaigne 2018

Jour 2 :

Au programme de ce samedi de course, nous avons rendez-vous au service park avant de partir pour nous rendre sur 3 spéciales, et pour réussir cela c’est en hélicoptère que nous ferons la liaison entre les différents points de passage de l’après midi.

Mais avant de partir nous envoler, c’est une rencontre très terre à terre avec Michelin qui va lancer la journée. On ne le répète jamais assez mais là seule chose qui relie la voiture au sol c’est les pneumatiques, ils ont donc un rôle non négligeable pour mener les pilotes jusqu’au bout de la course. Comme pour d’autres sports auto, le choix du pneumatique est un choix stratégique qui doit se faire en amont de l’épreuve, et leur nombre est limité par course.

WRC Sardaigne 2018

Rencontre intéressante qui m’a permis d’observer de près les spécificités de ces pneus de rallye WRC (et ceux des participants d’autres catégories) et même de les soupeser, je peux vous dire que c’est des sacrés morceaux de technologie.

WRC Sardaigne 2018 WRC Sardaigne 2018

Pour continuer dans l’univers de la pièce de rallye, nous nous rendons ensuite sur le stand de Toyota Gazoo Racing où nous avons droit à une présentation détaillée de l’espace de “jeu” des mécanos avec le stock de pièces et surtout les explications utiles sur les pièces qu’ils peuvent ou non changer pendant les courses, ce qui est contrôlé par la FIA avant ou après les courses. C’est l’occasion d’apprendre qu’en cas de choc déformant de l’arceau c’est la fin de course pour la voiture, on ne lésine pas avec la sécurité, ou que le nombre de moteurs et de boîtes est limité sur l’ensemble de l’année de course. On a le droit aussi à quelques secrets de fabrication de Toyota, mais chut…. je n’en dirais pas plus 😉

WRC Sardaigne 2018 WRC Sardaigne 2018 WRC Sardaigne 2018

Ce que j’ai découvert à l’occasion de ce WE et que j’ignorais complètement, c’est que les équipages sont amenés à faire certaines réparations eux-même pendant les étapes de liaison. Cela va du changement de pneumatique entre deux spéciales, à quelques travaux plus mécaniques. Des pièces peuvent être chargées dans la voiture au moment des passages au service park pour palier à certains risques de pannes, de manière à ce que la voiture puisse finir une journée sans risquer la disqualification.

WRC Sardaigne 2018 WRC Sardaigne 2018 WRC Sardaigne 2018

Hélas Tanak a cassé son moteur sans avoir la possibilité de le réparer la vieille au soir dans une spéciale suite à une mauvaise réception de saut. Deuxième mauvaise nouvelle, à la fin de la journée du samedi c’est Latvala que nous croisons arrêté sur une aire d’arrêt d’urgence de l’autoroute pendant sa liaison à cause d’une panne d’alternateur qui ne lui aura pas permis de rentrer jusqu’au service park d’Alghero dans les temps impartis après la dernière spéciale… voilà qui nous a permis de bien comprendre ce que nous avions appris le matin même.

Pour l’après-midi du deuxième jour nous avons donc eu la chance de couvrir le passage des concurrents sur 3 spéciales grâce aux déplacements en hélicoptère. Ce qui en plus d’être plus rapide, nous a permis à plusieurs reprises de survoler les concurrents pendant les étapes de liaison, et souvent de les trouver en train de faire quelques réparations (essentiellement du changement de pneumatique) de quoi vraiment voir toutes les facettes de la course.

WRC Sardaigne 2018

Sur ces 3 spéciales je retiendrais une chose, on en a bouffé de la poussière ! A chaque passage d’un concurrent le même rituel, on shoote en mode rafale et à peine la voiture passée, on se retourne pour protéger l’appareil du nuage de poussière soulevé. On a littéralement été douché de poussière plus d’une fois que l’on soit aux abords du circuit de terre, sur les flancs d’une colline (avec un peu de trek pour rejoindre l’hélico) ou en plein milieu d’un champ. La taille du nuage soulevé par chaque pilote nous permettait d’estimer sa vitesse de passage et la qualité de sa trajectoire par rapport aux autres.

WRC Sardaigne 2018

On voit Lappi(nou) !

WRC Sardaigne 2018

Lappi(nou) caché !

En tout cas le spectacle est impressionnant notamment quand on voit ces pistes étroites bordées de 1001 pièges. Je suis bien contente d’être à l’observer depuis le bord de la route plutôt que dans la voiture où j’aurais sûrement fait plusieurs arrêts cardiaques en l’espace de quelques kilomètres (n’est pas co-pilote qui veut)… Nan clairement ni le rôle de pilote, ni celui de copilote de WRC ne me tente, et j’ai le plus grand respect pour ceux qui s’y tentent.

WRC Sardaigne 2018 WRC Sardaigne 2018 WRC Sardaigne 2018

Jour 3 :

Encore deux spéciales au menu de la matinée avant de retourner à l’aéroport (pour un hypothétique avion de retour), et encore un drop-off en hélico au plus près des épreuves (franchement la classe). Après les reliefs à l’intérieur des terres, ce dimanche matin c’est au bord de la mer méditerranée que nous allons pouvoir jouir du spectacle proposé. La spéciale 18 offre un panorama magnifique et les spectateurs sont venus nombreux.

WRC Sardaigne 2018

Si Tanak et Latvala ne peuvent plus engranger de points sur ce rallye de Sardaigne (en dehors de l’épreuve de Power Stage), nos encouragements ce matin vont donc pour Lappi, qui a également très bien tourné les deux jours, montrant une équipe Toyota Gazoo Racing très homogène. L’objectif de Lappi est d’arriver au bout du rallye sans casse en conservant une jolie 3ème place au classement.

WRC Sardaigne 2018

Par contre en tête de la course, aucun ménagement, Neuville est prêt à tout pour remporter ce rallye face à Ogier. A la fin de la journée de samedi, l’écart était de moins de 4 secondes avec Ogier en tête. Mais Neuville a tout donné parfois même à deux doigts de la correctionnelle et s’impose finalement sur la course (il faut dire qu’une bête erreur de carnet de pointage a également pénalisé Ogier).

WRC Sardaigne 2018

Si je parle de Neuville, c’est qu’il nous a presque fait une frayeur lors de la spéciale 19. Nous avions encore une fois une tente d’accueil Toyota sur les abords de cette avant-dernière spéciale. Nous avons vu les différents concurrents passer devant nous à fond les ballons au bout de cette ligne droite (enfin presque droite !), Lappi et Latvala font leur passage j’en profite d’ailleurs pour lâcher l’APN mais je n’aurais pas dû. Alors que tous les concurrents étaient passés bien perpendiculaires à notre position, Neuville a pris une trajectoire quelque peu différente, si bien qu’au lieu de voir sa Hyundai i20 de profil comme tous les autres… nous l’avons vu passer en 3/4 avant… On a bien cru l’espace d’un millième de seconde qu’il avait envie de faire un pit-stop dans notre tente pour faire coucou aux équipes Hyundai qui nous suivaient. On a vite eu un ouf de soulagement, mais on s’est tous regardés en se disant que ça avait été chaud pour son matricule (et potentiellement le notre aussi).

WRC Sardaigne 2018

Ogier passant juste après nous semblait bien sage pour le coup. Mais voilà pour nous ces derniers passages signaient la fin de la journée et la fin de notre immersion dans le WRC de Sardaigne. Nous suivons les résultats de la Power Stage et le classement final via nos smartphones.

Classement final :

1- Neuville 3:29:18.7 (Hyundai)
2- Ogier +0.7 (Ford)
3- Lappi +1:56.3 (Toyota)
4- Paddon +2:55.2 (Hyundai)
5- Ostberg +3:10.9 (Citroen)

Merci à Toyota Gazoo Racing  pour l’expérience

Cela fait un peu lèche-botte, mais pour le coup j’assume complètement. Si on met de côté les galères liées aux avions (merci Vueling), ce week-end d’immersion dans l’univers WRC était au top. En 3 jours j’ai appris les bases du rallye WRC (je partais de loin) et de son règlement (bien tatillon), j’ai pu assister aux spéciales au milieu de fans de ce sport (cela fait partie du folklore comme au Tour de France), j’ai également pu profiter des privilèges VIP d’aller de spéciale en spéciale en hélicoptère (je ne suis pas fan de ces objets volants mais c’est quand même bien pratique). J’ai découvert la partie plus technique du rallye (des pneumatiques aux pièces qui équipent les voitures du team) et ce fut fort intéressant. J’ai écouté pleins d’anecdotes sympas et pu poser toutes mes questions (même bizarres) à une copilote de rallye au top (et aux petits soins avec nous… surtout que je ne suis pas toujours un cadeau). Alors Merci à Toyota pour l’expérience !

Et au fait bravo à Toyota Gazoo Racing pour la victoire aux 24h du Mans, c’était un des sujets de notre week-end à J-7 de l’épreuve !

Le reste de ma sélection photo du WRC Sardaigne

WRC Sardaigne 2018 WRC Sardaigne 2018 WRC Sardaigne 2018 WRC Sardaigne 2018 WRC Sardaigne 2018 WRC Sardaigne 2018 WRC Sardaigne 2018 WRC Sardaigne 2018 WRC Sardaigne 2018 WRC Sardaigne 2018 WRC Sardaigne 2018 WRC Sardaigne 2018 WRC Sardaigne 2018 WRC Sardaigne 2018 WRC Sardaigne 2018 WRC Sardaigne 2018 WRC Sardaigne 2018 WRC Sardaigne 2018 WRC Sardaigne 2018 WRC Sardaigne 2018

 

A propos de l'auteur

Raphaelle

Raphaelle

Passionnée d'automobiles surtout quand elles ont des chevaux sous le capot, je parle des voitures sans me limiter à la palette des couleurs des citadines... .

Entre coups de coeur et coups de gueule, je m'exprime souvent sans langue de bois mais toujours avec humour.

Basée en Alsace, je profite pleinement de l'autobahn illimitée pour taquiner les VMax des voitures...

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.