Coup de gueule

Circuits / GP de France de F1: quand galères et fêtes cohabitent …

circuit paul ricard - mai 2018
Raphaelle
Rédigé par Raphaelle

Si le Grand Prix de F1 qui se tenait au Castellet ce week-end devait d’être une grosse fête après 10 ans d’absence de GP de France, la bonne ambiance qui devait l’accompagner sur place a été entachée de plusieurs couacs organisationnels qui ont fait ressortir le caractère râleur des français (mais à juste titre). Mais est-ce vraiment une surprise ? A mon avis pas tant que cela, une grande majorité des circuits rencontrent ce genre de problèmes, et les plus anciens fans de la F1 pourront d’ailleurs se rappeler des soucis d’accès à Magny-Cours qui ont surement contribué à son éviction du circuit des GP.

Situation prévisible mais améliorable sur pas mal de points

Pour ceux qui connaissent le circuit Paul Ricard, les difficultés d’accès sont hélas bien connues. La DN8 qui amène le plus gros des spectateurs (que l’on vienne du côté Marseille ou Toulon) n’est clairement pas dimensionnée pour des événements ramenant plusieurs dizaines de milliers de véhicules surtout en traversant certains villages. La route est charmante (d’ailleurs les autres petites routes des environs sont aussi très sympa pour des testdrives), mais rapidement au moindre événement on monte vers le circuit au ralenti, nécessitant de prévoir des marges de sécurité horaire conséquentes.

J’étais justement au circuit Paul Ricard il y a à peine plus d’un mois, j’étais surprise en arrivant aux abords du circuit de voir de gros chantiers encore en cours pour modifier la circulation autour de l’enceinte de celui-ci (ce qui expliquait sûrement pourquoi Waze nous a emmené sur d’autres routes d’accès). A 1 mois de l’événement, le projet me semblait un peu à la bourre, je me posais déjà des questions sur le planning prévu pour la fin des travaux. Il en était de même pour le montage des tribunes. Sûrement un petit effet organisation des JO à tout finir à la dernière minute et à la va-vite.

circuit paul ricard tribunes - mai 2018

Avancement des tribunes mi-mai 2018 … double droite du Beausset

Je me demande même si tout a été terminé comme cela avait été planifié. Un léger doute subsiste de mon côté, notamment sur la question des parkings (j’ai l’impression que la pinède a été rasée un peu à l’arrach’) et accès piéton depuis les parkings, mais je n’étais pas sur place pour en juger (juste pu voir les photos surprenantes des visiteurs sur ce groupe FB et sur Twitter).

En tout cas une chose est sûre c’est que les fans de F1 venus en nombre pour assister (enfin tenter d’assister) aux essais libres du vendredi se souviendront longtemps de leur déplacement au Castellet. Des heures et des heures de bouchons monstrueux pour accéder au circuit (3 à 4 fois les temps de trajets habituels), et plusieurs heures pour réussir à quitter le parking (après moi ça m’arrive aussi aux journées presse du salon de Genève, ce n’est pas une spécialité du Sud).

circuit paul ricard Signes - mai 2018

La situation s’est sensiblement améliorée le samedi et le dimanche, du moins en ce qui concerne les accès au circuit, il faut dire que beaucoup avaient du coup plus qu’anticipé leur trajet (arrivant à 6h du mat pour un GP à 16h). Maintenant reste encore à réussir à ressortir des parkings, ce n’est pas encore gagné mais bon l’essentiel c’est d’avoir profité du spectacle quand même (et quel spectacle !!) !

Bref le Grand Prix de F1 s’est transformé en épreuve de Trek + Rallycross avec challenge de patience ensuite pour ceux venus en voiture… C’est plus une expérience façon Koh Lanta qu’ils ont chèrement payés, sauf qu’ils ne mangeaient pas des insectes… quoique !

Le fait que la Tarte Tropézienne soit le seul traiteur autorisé sur place est sûrement un autre défaut de l’organisation qui laissera un goût amer à certains. Nan mais c’est sympa ce que vous faites la Tarte Tropézienne, mais des fois quand on vient au Castellet on aimerait avoir autre chose sur place (message très personnel pour le coup lol), hélas la situation de monopole n’est sûrement pas à l’avantage des visiteurs du lieu.

Le groupement du Grand Prix de France a un an pour travailler sur la question afin d’éviter de reproduire les mêmes erreurs et d’améliorer les conditions d’accueil du GP de F1 au Paul Ricard. Histoire de le conserver un peu plus que 5 ans.

circuit paul ricard - mai 2018

Un cas loin d’être exceptionnel

S’il sera dur de battre le b*rdel de la journée du vendredi au Paul Ricard, beaucoup d’autres événements se déroulant sur des circuits souffrent des mêmes maux (sauf peut-être les 24h du Mans qui semblent mieux rodés à l’exercice). Les circuits sont généralement excentrés, il est rarement possible d’y accéder par d’autres moyens qu’en voiture (ou moto), et ils sont souvent un goulet d’étranglement du trafic par l’organisation même du lieu.

Je parlais de Magny-Cours en introduction parce que le nom a souvent été cité en référence ce WE, mais je n’ai pas connu cette période là (apparemment un beau bordel aussi, mais qui se serait amélioré maintenant). J’ai par contre eu l’occasion d’observer ce phénomène sur des infrastructures et des spectacles encore plus modestes. En Alsace, l’événement des 500 Nocturnes sur l’anneau du Rhin était devenu l’exemple même des problèmes d’accès à ces lieux festifs lors d’événements de masse. Des heures de bouchons pour y accéder et se garer tant bien que mal dans un champs, et le même problème pour en repartir.

Il n’est pas bien difficile de comprendre pourquoi. La création d’un circuit doit se faire le plus loin possible de toute civilisation, sinon les riverains gueulent (même si le circuit est plus ancien que les maisons), on voit d’ailleurs le nombre de circuits menacés s’allonger d’années en années. On ne peut plus rouler sur les routes et en prime les riverains veulent fermer ou limiter l’exploitation des circuits, alors que le sport automobile est apprécié de nombreuses personnes… mouais pas gagné encore tout ça.

route campagne

Du coup, paumés au bout d’une petite route de campagne (à prochainement 80 km/h), on trouve généralement les infrastructures de circuit, il est clair que lorsqu’une centaine de voitures doivent se rendre sur place l’affluence est gérable, mais quand plusieurs milliers de voitures se lancent sur des axes non dimensionnés pour, c’est une autre histoire. Pourtant il y a bien des lieux qui savent gérer ce genre d’afflux de visiteurs tout en étant excentrés, les parcs d’attraction qui ont pour eux des infrastructures bien pensées (avec un certain coût) et surtout du personnel, même si cela n’enlève pas toute la congestion du trafic, un bon fléchage et des personnes pour guider et garer les voitures c’est souvent ce qui fait la différence en lieu et place du chaos de certains événements.

Et puis ici je parle des circuits, mais il y a bon nombres d’installations sportives, chèrement payés par les contribuables, qui ont subi ce genre de problème comme les nouveaux stades, même le stade de France à son inauguration était un calvaire en terme d’accès. C’est sûrement une logique bien à nous de créer de grandes infrastructures sportives sans prévoir que des gens s’y rendent à un moment donné…

C’est quand même dommage que ces lieux de fêtes (populaires) deviennent des lieux de galères …

circuit paul ricard - mai 2018

 

A propos de l'auteur

Raphaelle

Raphaelle

Passionnée d'automobiles surtout quand elles ont des chevaux sous le capot, je parle des voitures sans me limiter à la palette des couleurs des citadines... .

Entre coups de coeur et coups de gueule, je m'exprime souvent sans langue de bois mais toujours avec humour.

Basée en Alsace, je profite pleinement de l'autobahn illimitée pour taquiner les VMax des voitures...

2 commentaires

  • Pour te répondre sur la dernière partie, il y a en effet un véritable souci d’infrastructures… Les anglais ont (partiellement) amélioré le problème, les derniers 50 kilomètres autour de Silverstone sont aménagés en 2×2 voies même si c’est pour une partie infime de l’année, de même l’accès à Brands Hatch reste fluide (relativement au surplus de trafic hein).
    Mais ces circuits accueillent depuis des décennies des évènements majeurs et les collectivités locales le savent, était-il possible de réaménager les abords du Ricard en une seule année ? À tout point de vue j’en doute, surtout avec une épreuve française qui n’avait pas eu lieu depuis 10 ans…

    • disons que même sur les autres évents du Paul Ricard c’est déjà le bordel (les 10000 tours du castellet par exemple) donc c’est pas nouveau les bouchons sur ces routes
      Des modifications sur les routes ça va être assez compliqué à faire, on est d’accord que ça ne se fait pas en 1 an je ne suis même pas sure qu’ils aient fini ceux en cours, ou alors faudrait surtout faire des contournements de village, ça serait probablement un bon début.
      Après c’est surtout les parkings le point noir à corriger (facilement) …là les gens sont encore à essayer de sortir du parking 5h après la fin du GP …

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.