Sur la route

Les feux intelligents, illégaux au moins jusqu’en 2022

feux tricolores
Raphaelle
Rédigé par Raphaelle

Ils sont pourtant une alternative censée à ces maudits ralentisseurs qui fleurissent partout, mais les feux intelligents, qui ont vocation à modérer les ardeurs des conducteurs ne respectant pas les limitations de vitesse en agglomération, ne sont pas vraiment autorisés. Leur cas avait déjà fait l’objet de questions d’élus depuis de nombreuses années afin de faire évoluer la réglementation, mais un flou semblait demeurer, ni complètement interdit ni réellement autorisé, enfin jusqu’au mois de septembre dernier.

Feux intelligents : de quoi on parle ?

On en a tous déjà croisé, le plus souvent dans des petites communes qui se refusent à installer en masse des ralentisseurs, qui sont soit inutiles soit illégaux (eux aussi). Ces feux tricolores portent aussi le nom de feux comportementaux, car ils s’adaptent aux comportements des conducteurs à son approche.

Ils peuvent fonctionner avec un radar intégré ou une boucle électromagnétique positionnée au sol en amont du feu, le système mesure ainsi la vitesse d’approche des véhicules et réagit en conséquence. Deux variantes sont actuellement utilisées :

  • le feu reste vert, sauf si un véhicule arrive trop vite (feu sanction),
  • ou l’inverse, le feu est au rouge fixe, mais bascule au vert si le véhicule circule dans les vitesses appropriées (feu récompense).

Sur le papier, l’idée semble plutôt probante, et surtout plus confortable pour les automobilistes (surtout ceux qui respectent les vitesses en agglomération), mais c’était sans compter sur un effet pervers parfois constaté, une hausse des franchissements au feu orange, voire même de véhicules passant délibérément au rouge, sachant qu’il ne s’agit pas d’un feu régulant la circulation d’une intersection.

feux tricolores

imbroglio administratif, comme d’habitude…

Comme en France, on adore les normes, les réglementations, les lois et tout ce qui fait vivre de nombreux fonctionnaires de l’Etat, ces systèmes sont jugés illégaux, tant qu’ils ne sont pas spécifiés et encadrés par des textes validés. A la différence des pays voisins où ils sont souvent légaux, les maires qui installent ces feux tricolores dans leur commune voient même leur responsabilité pénale engagée en cas d’accident corporel lié à ces feux.

Jusque-là, l’illégalité de certains aménagements ne faisaient pas trop peur aux maires, en témoignent les nombreux ralentisseurs hors normes que nous croisons tous au quotidien. Mais concernant les feux, la réponse du ministère de l’Intérieur lors d’une question au Sénat à ce sujet, risque d’en refroidir plus d’un. Ne vous étonnez pas de voir ce type de feu désormais désactivé (ou clignotant), le ministère de l’Intérieur en a fait la demande :

En attendant cette évolution réglementaire, les collectivités qui ont déjà implanté ce type de dispositifs doivent les éteindre ou leur redonner un usage de feu de circulation classique. En effet, l’utilisation d’un équipement de signalisation non conforme à la réglementation engage leur responsabilité et la responsabilité pénale de leurs représentants en cas d’accident corporel de la circulation.

Réponse du Ministère de l’intérieur
publiée dans le JO Sénat du 17/09/2020 – page 4274

Il faudra attendre la fin d’une expérimentation de 2 ans lancée dans une unique commune du Nord (Vieux-Mesnil) début 2020 pour que la réglementation puisse évoluer. Quand on voit les protocoles d’expérimentation du “80km/h”, on se dit que c’est bien mal barré. Ensuite, il faudra encore qu’ils se mettent d’accord sur la signalétique présente en amont de ce genre de feux.

Le suivi de cette expérimentation donne lieu à l’établissement par le demandeur d’un rapport final d’évaluation. Ce rapport est remis au délégué à la sécurité routière et à la directrice des infrastructures de transport dans un délai de six mois précédent la fin de la période d’expérimentation.

JORF n°0019 du 23 janvier 2020

Alors qu’un équipement semblait aller dans le bon sens en récompensant les bons comportements, à la différence des radars de feux qui ne veulent que sanctionner, voilà qu’en fait ce dispositif est interdit. D’ailleurs, la réponse du ministère fait carrément grincer des dents, vu qu’ils poussent à utiliser d’autres aménagements pour modérer des vitesses trop élevés dans cette optique, des solutions souvent coûteuses et généralement ne respectant pas les réglementations :

  • la réduction de la largeur de la chaussée,
  • la pose de ralentisseurs trapézoïdaux, de plateaux piétonniers, de chicanes,
  • ou encore, l’installation de radars ou radars pédagogiques.

La France décidément à la traîne

Pour ceux qui circulent ailleurs qu’en France, vous avez sûrement eu l’occasion de croiser des feux tricolores qui vous semblaient bien plus évolués que les nôtres.

Je pense notamment personnellement aux feux tricolores “allemands” (mais que l’on croise ailleurs aussi) qui repassent par un bref statut “orange” avant de passer au vert, afin que les automobilistes soient prêts à s’engager sur l’intersection sans se faire surprendre et sans perdre de temps.

Je pense aussi aux feux tricolores croisés en Thaïlande, notamment sur les gros carrefours, qui égrainent les secondes avant le changement de statut du feu. Impossible au contrevenant de dire “non je n’ai pas vu qu’il passait à l’orange/rouge”

feux tricolores thailandais

Mais ne rêvez pas, quand on voit qu’il faut plus de 20 ans pour que les feux comportementaux puissent éventuellement avoir droit d’exister légalement, on n’est pas prêt d’avoir d’autres révolutions du genre.

La version audio de l’article est disponible ici :

A propos de l'auteur

Raphaelle

Raphaelle

Avoir des chromosomes XX n'empêche pas d'apprécier les voitures et les belles mécaniques, bien au contraire. Je pense même que cela permet d'apporter un regard différent sur le secteur automobile, sans pour autant devoir se limiter à commenter la palette des couleurs des citadines.

J'ai grandi baignée dans l'univers automobile, je me suis fait plaisir avec des sportives raisonnables, j'ai passé des heures voire des week-ends au sein de clubs automobiles. Depuis maintenant plus de 7 ans, j'édite seule le site Miss280ch. Entre coups de coeur et coups de gueule, je m'exprime souvent sans langue de bois, mais toujours avec humour et honnêteté.

Basée en Alsace, je profite de l'Autobahn illimité pour taquiner les VMax des voitures ou des Vosges pour tester les châssis ... ce terrain de jeu est parfait.

4 commentaires

  • Le décompte des feux en Thaïlande, il marche aussi pour le passage au vert? Pratique pour les départs de GP ^^

    Plus sérieusement, quand tu parles de boucles magnétique ça me fait penser à celle qui sont présente pour détecter la présence d’une voiture. On en voit en général sur les voies secondaires. L’axe principal reste au vert la plus part du temps mais passe au rouge quand un véhicule est détecté sur une voie secondaire, ça évite que l’axe principal passe au rouge “pour rien” quand il n’y a pas beaucoup de circulation. Est ce que ça concerne également ce type de feux ou uniquement ceux qui sanctionne la vitesse?

    • oui le décompte quand il est activé (ce qui n’est pas non plus sur tous les feux et tout le temps) donne aussi du rouge avant de passer au vert … pour l’effet GP c’est plus l’effet feux allemands qui m’y fait penser lol

      et sinon tant qu’un feux sert sa vocation de réguler la circulation à une intersection (ou à aider à traverser les piétons) il est autorisé. donc oui ceux que tu cites sont légaux.

  • Bonjour,

    Article très intéressant.

    Je trouve l’idée des feux avec compte à rebours en Thaïlande vraiment bonne.

    Vu que depuis quelques années fleurissent les radars de feux rouges (ce que je trouve plutôt bien d’ailleurs), je pense que ce serait même indispensable.

    En effet, quand on est à proximité d’un feu avec radar qui est au vert, on a le choix entre :
    1/ Continuer à sa vitesse actuelle en priant pour que ce maudit feu ne passe pas à l’orange quand on arrive dessus et de devoir piler à mort pour ne pas franchir le feu (et du coup risquer d’être percuté à l’arrière par la voiture qui nous suit),
    2/ soit accélérer pour ne pas risquer de se faire flasher parce que ce maudit feu sera passé à l’orange au moment où on passe le feu,
    3/ soit ralentir, et attendre que le feu passe au rouge, puis attendre jusqu’au passage à nouveau au vert pour franchir l’intersection.

    Mais effectivement, la vision de l’administration française est de rendre illégal tant que ce n’est pas encadré par 50 textes de loi.

    Je me souviens que dans la même veine, il y avait eu les situations ubuesques suivantes il y a quelques années :
    Le 3ème feu stop, longtemps interdit en France, avant d’être rendu obligatoire
    l’ABS qui a failli être interdit à l’origine, car “risquant d’inciter les gens à freiner trop tard”

    En plus la solution du compte à rebours ne serait pas non plus si coûteuse….

    Je profite de ce mail pour te féliciter pour la grande qualité de ton site, qui est de ceux que je regarde le plus souvent avec l’excellent Boitier Rouge (Autokultur désormais). J’apprécie le style vraiment différent et qui ne se limite pas à juste l’essai de la dernière nouveauté, mais qui parle de l’ensemble de la culture automobile.
    Bravo et merci

    Nicolas

    • J’ai aussi toujours cette crainte pour le feu rouge (et même sans radar de feu derrière), quand il est resté vert un peu longtemps, mais qu’on ne sait pas du tout à quel moment il va passer à l’orange. Je déteste ça quand je suis à hésiter entre accélérer, maintenir la vitesse, ralentir …

      Sinon merci pour le compliment pour le site, cela fait toujours plaisir à lire.
      A défaut de vivre du site, au moins ces commentaires ça réchauffe le coeur 😉

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.