Coup de gueule Sur la route

Mais qui sont ces kamikazes qui roulent phares éteints ?

Voir et être vu, c’est pourtant ce que tous les conducteurs sont censés avoir appris à l’auto-école à propos de l’éclairage de leur véhicule, mais apparemment certains semblent avoir vite oublié ce principe de sécurité pourtant évident (comme bien d’autres, nous sommes d’accord).

Bien entendu, ceux qui me lisent régulièrement savent déjà que cet article s’annonce comme un billet d’humeur cinglant. J’ai pourtant décidé de ne pas l’écrire le jour-même, mais la colère, mêlée d’incompréhension, demeure plusieurs jours après. Diable ! Est-ce que les conducteurs pourraient penser à allumer leur cerveau quand ils prennent la route ?

en voiture sous la pluie

Interface volant / pédale défectueuse ou tendance suicidaire ?

Dimanche, alors que la tempête Bella arrosait une grande partie de la France d’averses denses et parfois de vents forts, que le trafic était globalement chargé sur les autoroutes, car il s’agissait d’un week-end de chassé-croisé au milieu des “fêtes”, j’étais abasourdie par le nombre de voitures roulant sans feux de signalisation, alors que la visibilité était largement réduite.

Généralement on ne pouvait pas reprocher à ces véhicules de ne pas respecter une vitesse plutôt modérée pour les conditions météo, c’est déjà ça, par contre, devoir deviner les véhicules qu’au volume des gerbes d’eau qu’ils projettent, ce n’est quand même pas l’idéal surtout sur autoroute. D’ailleurs entre ça et les distances de sécurité souvent absentes, je pense que l’on tient là une partie des accidents qui ont pu avoir lieu ce jour-là. Apparemment certains ont oublié que les feux ne servent pas uniquement la nuit, mais que sous la pluie, même s’il fait jour, c’est tout aussi nécessaire, et même obligatoire.

Rappel du code de la route à ce sujet

Le fait, pour tout conducteur d’un véhicule à moteur, de circuler la nuit, ou le jour lorsque la visibilité est insuffisante, sans éclairage ni signalisation en un lieu dépourvu d’éclairage public, est puni de l’amende prévue pour les contraventions de la quatrième classe.

Tout conducteur coupable de cette infraction encourt également la peine complémentaire de suspension, pour une durée de trois ans au plus, du permis de conduire, cette suspension pouvant être limitée à la conduite en dehors de l’activité professionnelle.

Cette contravention donne lieu de plein droit à la réduction de quatre points du permis de conduire.

Article R416-11 du Code de la route

Oui, vous avez bien lu, rouler sans éclairage alors que les conditions de visibilité sont réduites, vous expose à une amende de 135 € et un retrait de 4 points sur votre permis de conduire (comme un stop ou un feu rouge grillé), si ce n’est plus.

Je pense que certains vont désormais penser à activer leurs phares manuellement (s’ils n’ont pas un véhicule avec l’équipement de feux automatiques fort pratique) avec ce petit rappel des risques encourus sur la survie de leurs 12 points (ou moins).

Hélas, comme beaucoup d’infractions pourtant dangereuses, le risque de se faire “attraper” est mince, en tout cas largement plus faible que le risque de se faire verbaliser à dépasser de quelques km/h la vitesse autorisée. Rageant !

autoroute pluie

Petit rappel de quand et comment utiliser ses différents feux de signalisation

Pour ceux dont le passage du permis est trop ancien, les distraits ou ceux qui ont eu leur permis en pochette-surprise (ou au Sénégal et autres pays complaisants), je me dis que c’est peut-être l’occasion de réviser les bases rapidement.

Feux de croisement / codes

On allume les feux de croisement dans de nombreuses situations de circulation :

  • de nuit
  • dans les tunnels
  • lorsque la visibilité est réduite par les conditions météo : pluie / neige / brouillard

Feux de route

Les feux de route ne s’utilisent que hors agglomération, généralement sur un besoin ponctuel d’éclairage à plus longue portée (100 mètres), les feux de route doivent être basculés en feux de croisement à l’approche d’un autre véhicule pour ne pas l’éblouir.

Feux de brouillard

Ne s’utilisent pas en permanence pour faire le kéké de nuit, mais uniquement si les conditions météo offrent une visibilité très dégradée : brouillard, neige voire pluie forte (pour ceux avant uniquement).

brouillard et circulation

Etre conscient des risques

Au-delà de l’infraction au code de la route et à ses aspects financiers si vous rencontrez les forces de l’ordre, j’aimerais quand même appeler au bon sens des conducteurs.

Si vous voulez que la voiture puisse rester un moyen de déplacement individuel, disponible pour le plus grand nombre, il faut aussi garder à l’esprit que vous partagez la route (avec de plus en plus d’autres automobilistes), je sais c’est dur. Rouler à 100 km/h sur autoroute par temps de pluie mais sans phares, ne vous rend pas plus vertueux qu’un conducteur roulant à 130 km/h avec ses feux. Et on ne va pas s’amuser à compter les points à savoir qui est le plus dangereux des deux.

Je serais bien tentée de refaire aussi un rappel sur l’utilisation des clignotants, mais j’ai déjà fait un coup de gueule sur le sujet, cela fait doublon. Il faut dire que ce dimanche j’ai aussi eu un beau cas d’école en la matière, un pick-up qui m’a déboîté sous la pluie à ras-le parechoc sans clignotant, ni pour s’insérer, ni pour se rabattre bien entendu. Ce genre de comportement purement égoïste qui aurait pu avoir des conséquences (fâcheuses) en chaîne, si je ne m’étais pas méfiée et si je n’avais pas anticipé la possibilité qu’il déboite juste devant moi au mépris des règles de circulation et du danger. Autant dire que si j’avais eu une voiture récente avec alerte collision, celle-ci aurait pu lancer un freinage d’urgence, sur une chaussée d’autoroute détrempée et avec un trafic dense, je vous laisse imaginer la scène.

La vitesse n’est clairement pas le seul facteur d’accidentologie, la négligence est très certainement loin devant, ce n’est pas parce qu’elle n’est pas sanctionnée, qu’il faut oublier tout bon sens au volant de sa voiture.

Avant de faire un long trajet, surtout en hiver avec des conditions météo pas au top, on vérifie : ses éclairages, son chargement (pour ceux qui utilisent des coffres de toit ou qui font du Tetris exagéré), ses pneumatiques et d’avoir branché son cerveau avant d’enquiller les kilomètres, si l’on ne veut pas devenir un kamikaze source ou victime d’un accident.

La version audio de l’article des kamikazes de la route est disponible ici :

A propos de l'auteur

Raphaelle

Avoir des chromosomes XX n'empêche pas d'apprécier les voitures et les belles mécaniques, bien au contraire. Je pense même que cela permet d'apporter un regard différent sur le secteur automobile, sans pour autant devoir se limiter à commenter la palette des couleurs des citadines.

J'ai grandi baignée dans l'univers automobile, je me suis fait plaisir avec des sportives raisonnables, j'ai passé des heures voire des week-ends au sein de clubs automobiles. Depuis maintenant plus de 7 ans, j'édite seule le site Miss280ch. Entre coups de coeur et coups de gueule, je m'exprime souvent sans langue de bois, mais toujours avec humour et honnêteté.

Basée en Alsace, je profite de l'Autobahn illimité pour taquiner les VMax des voitures ou des Vosges pour tester les châssis ... ce terrain de jeu est parfait.

2 commentaires

  • Encore un très bon article Raphaëlle (prénom au top ). J’ai le malheur de constater un tas de feux éteint le matin en allant au travail (donc de nuit en ce moment), ou juste les feux de jour … Qui sont trompeurs car leurs fonctionnement implique l’allumage des compteurs, ce provoque ce comportement. Sur mon ancien véhicule je roulais tout le temps avec les feux allumés (et je ne cramais pas plus d’ampoule).

    Et pour les anti brouillard, mémo de mon moniteur d’auto école : à l’avant c’est comme la banque Brouillard Neige Pluie et à l’arrière c’est comme les gâteaux Brouillard Neige.

  • Bonjour, merci pour cet article qui nous rappelle quelques bases utiles !

    Travaillant dans le domaine de l’éclairage automobile, je me permets d’ajouter quelques petites remarques ou informations complémentaires.

    Les DRL (Daytime Running Lights): ce sont ces sources lumineuses qui s’allument dès la mise en route du véhicule et se coupent ou s’atténuent une fois les codes allumés. Même s’ils apportent une touche esthétique au véhicule, ils ne remplacent pas les feux de croisement ! Que dire alors de ceux qui roulent antibrouillard (avant) et DRL allumés en pleine nuit … (je pense que c’était kéké dans l’article 😉 …). Destinés à être allumé de jour (beaucoup de puissance lumineuse) et sans coupure (forme légale donnée au faisceau qui évite d’éblouir le conducteur qui arrive en face) il est particulièrement désagréable de se les prendre en plein face de nuit !

    Les feux de positions : cette fonction est de plus en plus assurée par la même source lumineuse que les DRL. Elle sert à délimiter les contours du véhicule une fois garé dans l’obscurité. Comme les DRL, ils ne remplacent pas les feux de croisement.

    Je constate également que l’on trouve un nombre important de possesseur de voiture haut de gamme parmi les amnésiques de l’éclairage. Elles sont pourtant pourvues de la fonction « allumage automatique des feux » … je ne comprends décidemment pas l’intérêt de désactiver cette fonction.

    Une dernière remarque au sujet de l’évolution des réflexes au volant. Au début de ma carrière automobile, lorsque je croisais une voiture sans éclairage, il suffisait d’un appel de phare pour que le conducteur répare son oubli. En 2021, ce même appel de phare provoque d’abord un gros freinage irréfléchi … Comment ? La peur du radar ? Vous pensez ? 🙂

    Bonne route

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.