Essai

Hyundai BlueDrive : A la découverte de KONA & IONIQ

Hyundai BlueDrive KONA & IONIQ
Raphaelle
Rédigé par Raphaelle

Vous ne le savez peut-être pas, mais Hyundai propose une large gamme électrifiée à travers 5 motorisations différentes. La marque coréenne a choisi de ne pas faire l’impasse sur certaines technologies, et préfère offrir le choix au client final de trouver le produit qui lui convient le mieux entre : hybridation légère 48V (Tucson), hybride (IONIQ, KONA), hybride rechargeable (IONIQ), électrique (IONIQ, KONA) et même hydrogène (NEXO).

Tableau gamme BlueDrive Hyundai

C’est à l’occasion d’un roadtrip organisé dans le sud de la France par Hyundai que j’ai eu l’occasion de prendre en main : IONIQ hybride et hybride rechargeable, ainsi que KONA hybride et électrique. Je dois confesser que je n’avais jamais eu l’occasion de conduire un modèle Hyundai (même à titre personnel), c’était vraiment une première découverte de l’univers de la marque.

Hyundai pied au plancher

Si de nombreux constructeurs se targuent d’une histoire riche de plus d’un siècle d’évolution, Hyundai fait partie des acteurs beaucoup plus récents sur ce marché, mais quel chemin parcouru en un peu plus de 50 ans (et seulement 27 ans en France). D’ailleurs, c’est au travers d’une publicité (que vous pouvez revoir ici) que j’en ai personnellement appris un peu plus sur l’histoire de ce groupe industriel qui se compose de pas moins de 57 sociétés.

pub hyundai port

Ce conglomérat couvre de nombreux domaines, de la construction lourde (ports, ponts, routes…) à la fabrication d’acier, jusqu’à la logistique et toutes les branches de services (banque, assurance). Pour sa branche automobile, l’entreprise a réduit au minimum sa dépendance à des fournisseurs externes, privilégiant les développements internes au sein du groupe des pièces et de l’électronique, les batteries équipant les modèles électrifiées restent cependant l’exception qui confirme la règle puisqu’elles émanent d’un autre géant coréen (LG).

Hyundai Motor Group (intégrant Hyundai & Kia) se positionne déjà à la 5ème place des constructeurs mondiaux, en Europe même si l’image de la marque est encore un peu en retrait par rapport à d’autres groupes, son rayonnement se joue également sur son engagement en WRC et maintenant en TCR, ainsi qu’avec des sponsorings de club de foot et d’autres sports.

WRC Sardaigne 2018

En France, les ventes sont en progression constante sur les 5 dernières années (et encore +12.5% en 2019), et les modèles électrifiés représentent déjà 15% des immatriculations, ce qui est le double de la moyenne du marché français, de bons résultats portés par cette fameuse gamme BlueDrive dont j’ai pu essayer certains modèles.

Hyundai KONA hybrid

KONA hybride et électrique

Si j’attaque cet essai avec le KONA, c’est parce qu’il est un des piliers des ventes avec 26% pour la France (juste devant Tucson et i20). Ce SUV urbain a été présenté en 2017 au salon de Francfort dans sa version essence et diesel, un peu plus 6 mois plus tard était annoncée sa variante 100% électrique au salon de Genève 2018, puis en 2019 c’est la version hybride qui vient compléter l’offre, de quoi faire parler de lui régulièrement.

Hyundai KONA hybrid

Lors de cet essai, j’ai surtout pris en main la version hybride, je n’ai pu rouler dans la version électrique qu’une courte distance du parcours. C’est donc essentiellement de cette version hybride pour laquelle je vais vous partager mon ressenti.

Hyundai KONA hybrid

Sous le capot du KONA Hybrid, on trouve un moteur essence 4 cylindres Kappa 1,6 litre GDi de 105 ch et 147 Nm de couple, il est associé à un moteur électrique à aimants permanents de 32 kW avec un couple max de 170 Nm. La puissance combinée est portée à 141 ch pour un couple de 265 Nm. Une motorisation qui répondra parfaitement à un besoin urbain et périurbain, et se plaira avec un conducteur à la conduite apaisée pour en tirer une bonne efficience.

Hyundai KONA hybrid

Car à la différence d’une motorisation hybride rechargeable qui dispose d’une réserve d’autonomie électrique, une version hybride nécessite un conducteur qui joue le jeu de la conduite éco, s’il ne veut pas voir sa consommation partir rapidement à la hausse et perdre tout le bénéfice de l’hybridation. Mais pour cela le KONA hybrid saura vous assister avec son système de gestion prédictive d’énergie (qui gère la charge et décharge de la batterie en fonction de la route que vous allez emprunter) et ses conseils de roue libre pour optimiser votre consommation. Sur notre portion d’essai, la consommation enregistrée a été de 5.1 l/100 km, mais on n’a pas toujours roulé à l’économie.

Hyundai KONA hybrid

À bord du Huyndai KONA on est assez bien installé, pour ce positionnement tarifaire j’ai trouvé les finitions, les matériaux et les assemblages plutôt intéressants. Dans mon KONA à la couleur extérieure fluo, des petites touches jaunes venaient également dépoussiérer l’intérieur, qui peut sembler un poil austère sinon, j’avoue que la ceinture de sécurité colorée me plait assez, c’est un détail, mais ça donne un peu de peps à l’ensemble et j’aimerais bien trouver ça un peu plus régulièrement dans des modèles un peu fun.

Hyundai KONA hybrid intérieur
Hyundai KONA hybrid intérieur

Le KONA offre un bon confort, cela passe aussi bien par les sièges que les suspensions assez souples qui permettent de supporter les dos d’âne bien trop nombreux dans le sud de la France, les suspensions seront par contre moins appréciables quand le véhicule empruntera des routes plus sinueuses, et où la voiture aura tendance à prendre un peu de roulis. On prend assez vite ses marques à bord du KONA, et l’écran 10.25″ avec son système embarqué est dans la moyenne haute de ce qui se fait sur le marché. En bref, le KONA hybrid laisse une bonne impression générale, en dehors des suspensions et d’une ceinture de caisse un peu trop haute à mon goût, l’ensemble a de quoi séduire.

Hyundai KONA hybrid

Quant à la version 100% électrique, comme souvent elle offre un confort supplémentaire grâce au silence constaté à son bord. Elle présente plusieurs avantages avec ses accélérations franches, sa tenue de route améliorée grâce au centre de gravité abaissé, et ses différents modes de récupération d’énergie la rendent efficiente. Dans sa version 64 kWh le KONA Electric offre jusqu’à 449 km (WLTP), et pour ceux qui n’ont pas besoin d’autant d’autonomie une version 39 kWh est également disponible avec 289 km d’autonomie.

Hyundai KONA electric intérieur

IONIQ hybrid et plug-in hybrid

Comme je ne suis pas une grande fan de la tendance SUV, c’est surtout la IONIQ que j’avais vraiment envie de découvrir lors de ce roadtrip organisé par Hyundai. Si l’esthétique de ce modèle n’est pas vraiment la plus séduisante du marché (on ne va pas se mentir, cela manque quand même un peu de sex appeal), la IONIQ a été le premier modèle à être proposé aussi bien en 100% électrique, hybride et hybride rechargeable avec un look quasi identique, permettant au client de réellement de trouver chaussure à son pied en fonction de son usage. C’est donc sur ce point qu’elle m’a toujours intéressé dès sa présentation au salon de Genève 2016 (et restylée cette année).

Hyundai IONIQ Plug-in hybrid

La IONIQ electric n’était pas au menu de notre essai (dommage !) car elle a gagné en autonomie dans ce nouveau cru avec 311 km (WLTP) annoncés, mais j’ai pu prendre en main la version hybride et surtout la version hybride rechargeable. Si les motorisations hybrides et électriques sont plus vouées à un usage urbain, là où elles seront vraiment les plus efficientes, la version plug-in hybrid trouvera également sa place dans les trajets extra-urbains. Il faut dire que nous avons roulé une bonne portion d’autoroute en direction de Lyon, où j’ai également pu tester les aides à la conduite à disposition sur ce modèle, en plus du confort de l’auto à ces vitesses de croisière.

Hyundai IONIQ hybrid

Comme pour KONA Hybrid, on retrouve sous le capot de IONIQ hybrid et IONIQ plug-in le moteur 4 cylindres Kappa 1.6 GDi de 105 ch associé à des moteurs électriques à aimant permanent, mais la puissance de ce groupe propulseur électrique diffère entre la version hybrid et plug-in. 32 kW pour la version hybride et de 45 kW pour la version rechargeable, mais la puissance combinée communiquée est identique avec 141 ch et 265 Nm de couple.

Hyundai IONIQ hybrid

L’avantage de la version plug-in vient de son autonomie en tout électrique de 52 km (WLTP) qui peuvent permettre de faire une grande partie des trajets quotidiens sans solliciter le moteur essence (enfin si le trajet le permet) et si l’on dispose bien d’une prise à domicile pour recharger la voiture régulièrement, sinon son poids de 130 kg supérieur à la version hybride risque de se transformer en frein pour la consommation.

Hyundai IONIQ Plug-in hybrid

Il est à noter également que la version plug-in dispose d’un coffre moins important surement lié au stockage des batteries, 341 litres contre 456 litres pour la version hybride (et 357 litres pour IONIQ electric).

Hyundai IONIQ Plug-in hybrid

A bord de la IONIQ, on retrouve également l’écran 10,25″ que l’on a découvert sur KONA un peu plus tôt. L’agencement de la planche de bord a été repensé sur cette version restylée de IONIQ, l’ensemble est plutôt cohérent.

Hyundai IONIQ hybrid

J’ai vraiment apprécié la prise en main de IONIQ que cela soit avec la version plug-in que la version hybride, je trouve que cette compacte offre un comportement assez sain sur la route, et pourtant on a par moment roulé dans des conditions météos peu enviables, mais celle-ci nous a jamais pris a défaut, même quand volontairement on poussait un peu la voiture dans ses retranchements sur des routes très étroites. Confortable, sécurisante et efficiente, j’avoue que ce modèle m’a agréablement surprise. Je lui donnerais bien volontiers l’award de la rationalité.

En bref

La gamme BlueDrive de Hyundai offre des alternatives intéressantes pour qui souhaite des véhicules électrifiés. Ce n’est pourtant pas forcément la marque qui nous vient en tête spontanément, alors que sa gamme est bien pensée pour répondre aux usages des différents clients. Il leur manque peut-être un peu plus de “sexy” pour séduire encore plus de clients (pourtant dans le groupe on sait faire du sexy) et s’imposer plus facilement dans le paysage.

Hyundai KONA hybrid intérieur

Coté tarification, voici les tarifs des entrées de gamme des modèles abordés dans l’article :

  • IONIQ hybrid à partir de 27 750 €
  • IONIQ plug-in à partir de 36 800 € (disponible seulement à partir de la finition Creative)
  • IONIQ electric à partir de 34 900 €
  • KONA hybrid à partir de 27 150 €
  • KONA electric à partir de 31 400 €

A propos de l'auteur

Raphaelle

Raphaelle

Avoir des chromosomes XX n'empêche pas d'apprécier les voitures et les belles mécaniques, bien au contraire. Je pense même que cela permet d'apporter un regard différent sur le secteur automobile, sans pour autant devoir se limiter à commenter la palette des couleurs des citadines.

J'ai grandi baignée dans l'univers automobile, je me suis fait plaisir avec des sportives raisonnables, j'ai passé des heures voire des week-ends au sein de clubs automobiles. Depuis maintenant plus de 7 ans, j'édite seule le site Miss280ch. Entre coups de coeur et coups de gueule, je m'exprime souvent sans langue de bois, mais toujours avec humour et honnêteté.

Basée en Alsace, je profite de l'Autobahn illimité pour taquiner les VMax des voitures ou des Vosges pour tester les châssis ... ce terrain de jeu est parfait.

3 commentaires

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.