Essai

Le Tesla Model X (100D) à l’essai sur 1500 km

essai Tesla Model X 100D
Raphaelle
Rédigé par Raphaelle

La principale critique que l’on entend à propos des véhicules électriques, c’est qu’ils ne permettraient pas de faire de longs trajets. On entend aussi souvent parler de la pollution effective des VE, mais ce point là est surtout lié aux questions de politiques gouvernementales et environnementales.  Si le second point risque d’être un débat sans fin, j’aimerais aujourd’hui que l’on se concentre un peu plus sur le premier.

essai Tesla Model X 100D

Deuxième test d’un véhicule Tesla sur miss280ch

Il y a deux ans quasiment à la même période j’avais emprunté la Tesla Model S. J’avais roulé environ 2000km le temps d’un weekend prolongé au volant de la P90D, pour laquelle j’avais écrit à l’époque l’article suivant : Essai Tesla Model S : 2000 km / 4 jours, un peu de stress et beaucoup de plaisir

Entre temps j’ai eu l’occasion de me faire promener ou de reprendre le volant de plusieurs Model S (merci les copains au passage, ils se reconnaîtront), ce qui m’avait permis d’affiner ma compréhension de l’utilisation de ce véhicule. Clairement en un essai de 4 jours et sur une base d’aprioris venant de ma culture automobile « pétrole » (et même si je suis Tesla du coin de l’œil depuis ses débuts en Europe), certaines de mes remarques dans l’article que j’avais rédigé ne sont pas toutes justes ou justifiées.

essai Tesla Model X 100D

Du coup, même si je ne cours pas après les SUV, quand l’occasion d’emprunter le Model X pendant un WE s’est présentée, j’ai saisi cette opportunité. Pour faire un test à peu près complet, j’ai fait un peu moins de 1500km en 72h avec de l’autoroute (Paris <> Strasbourg), de la ville (dont du Paris Intramuros… la joie !), des bouchons (merci l’IDF), et du tourisme (col des Vosges et Route des vins d’Alsace).

essai Tesla Model X 100D

Une infrastructure qui a beaucoup évolué

En deux ans, l’écosystème Tesla s’est énormément développé, cela agit aussi forcément sur la perception que l’on peut avoir de l’expérience.

essai Tesla Model X 100D

En 2016, le maillage des superchargeurs (recharge rapide) permettait déjà de voyager au long-court, mais cela nécessitait une attention supplémentaire à l’itinéraire et à sa consommation, et surtout de trouver où on irait se brancher une fois arrivé sur place, car le réseau de partenaires « recharge à destination » en était à ses balbutiements.  Ce qui finalement avait été un peu plus compliqué dans le cas de mon essai de l’époque et avait généré un stress inutile pour une panne qui n’est finalement jamais survenue (loin de là).

essai Tesla Model X 100D

Quand je regarde la carte des superchargeurs actuels et à venir, il ne manque pas grand-chose pour pouvoir vraiment voyager l’esprit serein, même avec le pack de batterie le plus petit du constructeur américain. Il ne faut pas oublier que ces charges rapides ont vocation à permettre aux gros rouleurs de faire des kilomètres en limitant la perte de temps, ces bornes n’ont pas vocation à remplacer la recharge pour les déplacements du quotidien.

essai Tesla Model X 100D

S’ajoute en plus les efforts de lieux publics (supermarchés notamment) et de collectivités pour offrir des bornes de recharges plus ou moins rapides (gratuites ou payantes) destinées à l’ensemble des véhicules électriques et sur lesquels les Tesla peuvent se brancher. Le problème reste que certaines installations de recharge (mais plus rarement celles de Tesla) ne sont pas toujours fonctionnelles et posent encore des problèmes pour faciliter le passage à l’électrique pour certains conducteurs. Pourtant des services comme ChargeMap essayent de simplifier la vie des possesseurs de VE.

Dernier point compliqué concernant la recharge, c’est qu’il va falloir du temps pour éduquer et miser sur un peu de civilité de certains conducteurs de véhicules thermiques qui se garent sur les places dédiées à la recharge. [Mais il s’agît probablement des mêmes c*nnards valides et sans gêne qui se garent sur les places pour handicapés, leur handicap étant surement mental… fin de la parenthèse]

essai Tesla Model X 100D

Et le model X alors ?

Comme le choix de rouler en électrique dépend avant tout de l’adoption d’une certaine philosophie et d’un écosystème favorable (ou pas), le véhicule passe un peu au second plan. Il ne sert à rien que je vous parle du Model X ou S, si de base vous n’avez pas compris que l’environnement et l’usage avaient changé ces dernières années.

Point batterie / motorisation …

Ici j’ai testé le model X (TMX pour son raccourci) dans la version 100D. A la différence de la model S P90D testée en 2016, ici l’autonomie est l’aspect principal du véhicule face à la performance (« P » avec sa transmission intégrale et que l’on a par contre sur le P100D). Mais n’allez pas croire pour autant que le TMX se meut comme un pachyderme, il a quand même déjà suffisamment de watts pour mettre un vent à bien des modèles thermiques grâce à son couple instantané, mais là nous n’iront pas chercher une Lamborghini au jeu du 0 à 100 km/h.

essai Tesla Model X 100D

La solution 100D offre aux acheteurs de Tesla (Model S comme X) la plus grosse autonomie de la gamme (devant la P100D et la 75D). Je ne reviens volontairement pas en détail sur les chiffres communiqués selon les cycles NEDC, car ils sont à la fois vrais et complètement déconnectés de la réalité en fonction du type de trajet que l’on va faire. Si le model X peut faire les plus de 500 km de l’autonomie annoncé, ce ne sera pas le cas pour faire 500km d’autoroute avec le régulateur à 130 km/h, mais d’autres trajets permettront de baisser la consommation drastiquement et de s’en approcher.

essai Tesla Model X 100D

Une chose est sûre c’est que pour moi la différence entre P90D (il y a 2 ans) et 100D a été le jour et la nuit en terme d’expérience. Choisir le pack batterie 100D, c’est s’offrir de la liberté de ne pas trop se soucier de l’autonomie, ou en tout cas bien moins qu’avec d’autres configurations. Le Model X reste quand même très gourmand en énergie par rapport à la TMS, il faut dire qu’il affiche sur la balance plus de 2.4 tonnes. C’est du lourd …. Du très très lourd…

essai Tesla Model X 100D

En plus mon model X d’essai était équipé de jantes 22 pouces, qui sont certes très jolies mais n’aident pas vraiment à rendre raisonnable les besoins énergétiques de la bête. Cependant sur autoroute je n’ai fait que 2 charges au lieu de 3 (sur ma première expérience), 1 charge le samedi pour faire « le plein » avant de faire la journée touristique, un complément pour repartir de Mulhouse avant de passer à Strasbourg et de mettre le cap vers l’IDF (3 charges au retour mais la dernière venait de moi parce que je ne pouvais charger à destination donc je voulais être large aussi pour rendre la voiture le lendemain donc j’ai remis 50% de batterie), et tout ça sans jamais avoir le stress du branchement juste voulu anticiper un peu…

essai Tesla Model X 100D

Reste que si le poids est l’ennemi de beaucoup de véhicules thermiques dans la recherche de performances, le model X compense son surpoids par de belles capacités. Mettez le TMX sur une route de montagne et laissez-vous surprendre par sa facilité à enquiller les courbes comme le ferait un coupé sportif. Franchement j’avais déjà été déjà agréablement surprise par la grande sœur la berline (et ses 2.1 tonnes), mais ce SUV conserve aussi l’avantage d’un centre de gravité assez bas pour ne pas générer de mouvements de caisse désagréables surtout en réglant les suspensions sur la position basse.

essai Tesla Model X 100D

On peut rouler cool et en silence, mais on peut aussi se lâcher si on en a envie. C’est ce qui est plaisant avec les Tesla, les modèles sont suffisamment polyvalents pour ne pas devoir se cantonner à un seul rôle (celui de la voiture électrique des villes pas vraiment fun). Ces modèles sont à l’aise en ville, à la campagne, à la montagne… soit en mode sage ou en mode rebelle, elle tirera juste un peu plus vite la langue si je l’emmène sur les autoroutes allemandes en portion illimitée, elles ne peuvent pas être parfaites non plus, sinon elles seraient chiantes.

essai Tesla Model X 100D

Habitabilité et usage

Complètement fermé, le model X ne va spécialement faire chavirer les cœurs en terme d’esthétique, il est assez classique dans ses lignes, par contre ouvrez les portes Falcon, et vous verrez l’effet « waouh » qu’il peut provoquer. Et c’est encore plus vrai quand vous enclenchez le petit show de Noël qui fait que la voiture s’anime toute seule au niveau des feux et des portières avec une musique définie, les néophytes sont alors carrément subjugués.

essai Tesla Model X 100D

Mais si les portes Falcon impressionnent, elles sont aussi une source intarissable de questions à base de « et si … ». Je dois bien dire que je me suis aussi montrée prudente dans mes réponses, car je n’ai moi-même pas forcément voulu tester l’ouverture dans certaines configurations. Il faut savoir que j’ai récupéré le véhicule chez Tesla avec 53km au compteur (tout beau tout neuf), alors il était hors de question pour moi de le rendre avec le moindre accro, donc j’ai limité les prises de risque. Mais sachez que les capteurs sont assez efficaces, parfois trop, car la moindre petite branche d’arbre (même d’un saule pleureur très souple) peut-être considéré comme obstacle et donc limiter l’ouverture de la porte à ce qui lui semble raisonnable de faire sans toucher.

essai Tesla Model X 100D

Ces portières arrières (dites Falcon) offrent donc une accessibilité difficilement égalable aux places arrières, ici le TMX était d’ailleurs équipé en configuration 6 places, du moins quand l’espace autour leur permet une ouverture maximum. Dans les autres cas, il faut être honnête ces portières ne seront pas forcément plus efficaces que d’autres solutions. Et c’est encore là que la différence avec le marché américain se fait peut-être sentir, entre le gabarit imposant de la bête et ces portes, le model X est surement plus à l’aise aux US que dans les ruelles étroites de la vieille Europe.

essai Tesla Model X 100D

Par contre ce qui est assez impressionnant à bord du model X c’est sa surface vitrée, un pare-brise interminable (même si les pare-soleils ne sont du coup pas super pratiques). Les Falcon apportent aussi une ouverture vers le ciel, il y a une vraie sensation d’espace à bord.

essai Tesla Model X 100D

En version 5 places, le model X offre un coffre énorme, sachant qu’il y aussi un coffre à l’avant pas négligeable (même si plus chiant à refermer). En configuration 6 ou 7 places, le coffre est beaucoup plus réduit, mais les familles nombreuses peuvent vraiment accueillir du monde dans de bonnes conditions. Reste qu’avec un peu d’organisation, on peut mettre quand même pas mal de choses dans le coffre d’arrière.

essai Tesla Model X 100D

En tout cas niveau confort, il n’y a pas grand-chose à redire. J’ai d’ailleurs noté une amélioration dans les finitions de cette génération de Tesla (évolution des sièges, des rangements, des prises usb…). On dit souvent que les finitions n’égalent pas celles des allemandes, c’est vrai pour le haut de gamme, mais s’en est pas non plus aussi éloigné que certains veulent le faire croire pour tous ceux qui ont du moyen de gamme, du moins ça ne choque pas. Il faut bien imaginer que pour faire 1500km en 72h d’essai, j’ai passé beaucoup de temps assise dans la voiture. Et je ne le ferais clairement pas si les conditions n’étaient pas réunies pour cela.

essai Tesla Model X 100D

Je ne vais pas revenir en détail sur le système embarqué mais au fil des mises à jour des voitures, le système a bien évolué et il reste un de plus agréable à manipuler que j’ai eu à tester sur tous mes essais grâce à cet énorme écran. Reste que le GPS pourrait être encore amélioré mais apparemment c’est dans les tuyaux des prochaines MAJ. Si je voulais parler de l’autopilot je pense qu’il faudrait probablement un article à part 😉

essai Tesla Model X 100D

Et si je devais résumer l’essai du Model X :

Les infrastructures permettent de plus en plus de profiter du fait d’avoir un véhicule électrique, il serait dommage de s’en priver si on en a envie. Reste après à choisir l’offre qui vous correspond le mieux entre la grande berline et le SUV familiale, sachant qu’il faut encore attendre de nombreux mois avant de voir débarquer la Model 3 en France, qui a quand même une autre philosophie et un autre positionnement.

essai Tesla Model X 100D

J’ai mis un moment à attraper le gabarit du SUV de Tesla, et je dois dire qu’après 20 minutes quand je me suis retrouvée un peu engoncée dans la circulation parisienne, j’ai eu quelques coups de chaud (il faut avoir l’habitude de ces gabarits et se méfier des deux roues). Mais finalement grâce aux nombreux capteurs tout se passe bien, même le passage dans les voies télépéages qui font bipper la voiture de tous les côtés, c’est comme passer le fil dans une aiguille de couture, il faut le coup d’œil et de main. Et finalement sur les longs trajets, les pauses supercharge que beaucoup considèrent comme contraintes sont finalement les bienvenues, l’occasion d’une pause « naturelle », de boire/manger, de traiter ses emails etc. etc. de 10 minutes à 1h max c’est parfois même au choix, c’est un rythme plus lent mais pas forcément plus désagréable pour arriver en forme.

Le model X offre de l’espace et du confort pour des performances qui ne sont pas à discuter, maintenant entre le positionnement tarifaire supérieur et un peu moins d’autonomie, pour celui qui n’a pas une grande famille et ne prend le SUV que pour la hauteur de la cabine, je recommanderais quand même de prendre le temps de comparer avec la model S qui reste ma préférence. Reste que j’attends les concurrents de pied ferme (Jaguar i-Pace, Audi E-tron Quattro … ) pour voir comment ils vont tirer leur épingle du jeu face à une marque qui n’hésite pas à casser les codes.

essai Tesla Model X 100D

Je pourrais encore parler du Model X pendant des pages, alors si vous avez des questions, n’hésitez pas à les poser en commentaire

A propos de l'auteur

Raphaelle

Raphaelle

Passionnée d'automobiles surtout quand elles ont des chevaux sous le capot, je parle des voitures sans me limiter à la palette des couleurs des citadines... .

Entre coups de coeur et coups de gueule, je m'exprime souvent sans langue de bois mais toujours avec humour.

Basée en Alsace, je profite pleinement de l'autobahn illimitée pour taquiner les VMax des voitures...

5 commentaires

  • Oui bel article, avec des photos sympas. Mais j’ai quand même des questions 😉 Concrètement à 130km/h sur autoroute avec la clim, 4 personnes, un chien et des bagages, on peut tabler sur quelle autonomie ? Les recharges aux bornes sont gratuites pour les tesla ? Et son prix d’achat est de combien ? Quelle est la clientèle visée (on est loin d’une citadine) ? Il y a quoi comme entretien à faire sur ce genre de véhicule ? Et on a du recul sur la durée de vie des batteries ? Merci pour le partage de cet essai, le ton et la qualité de l’article. Vivement l’essai de la nouvelle Zoé.

    • J’ai proposé de répondre aux questions ça tombe bien…
      > Dans ma configuration (Model X avec 22″) je pense qu’à 130 regul’ on doit pouvoir faire 300km sachant que rien que de rouler à 120 augmente le nb de kilomètres possible, de toute façon le gps où faire des pauses et pour combien de temps et avec une estimation de l’autonomie à destination, quand on connait son véhicule on peut plus facilement jouer avec les propositions de la voiture.
      > Les recharges au superchargeur étaient illimitées mais cela a changé, mais il est encore possible de l’avoir via parrainage
      > Pour un X avec la plus petite batterie (75d) cela débute à 86k€, celui que j’avais était au dessus des 100k€
      > Pour la clientèle du X,je pense que c’est les mêmes qui achètent un cayenne hybride, un gros q7 ou autre… pour le coup sur mes pauses chargeurs le seul X que j’ai croisé c’était deux parents avec deux grands ados et un énorme chien. Dans tous les cas il s’agit d’une clientèle déjà plutôt clientes de marques premium qui a une famille, aime les grands suv ou à besoin de tracter (des chevaux par exemple) …
      > Il n’y a pas d’huiles donc pas de révisions aussi régulières, il y a des contrôles quand même mais comme les freins sont régénératifs ils s’usent bien moins vite que sur d’autres voitures, je pense que le plus régulier doit être les pneumatiques (surtout pour ceux qui ont opté pour les versions performance lol)…
      > Les premières modèles S ont plus de 10ans et certaines plusieurs centaines de milliers de km… les batteries perdent un peu d’autonomie mais si on fait attention à la manière dont on la charge, elles ne perdent pas forcément trop, y a des enquêtes régulières à ce sujet pour suivre ça.
      Je suis déjà montée dans une Zoé (d’un copain) et comment dire c’est comme comparer une dacia sandero à une mercedes classe S quoi (par contre la Leaf me semble plus intéressante) 😉

      • Nickel merci beaucoup pour toutes ces réponses détaillées. Bon je suis clairement pas la clientèle visée (pas de van à tracter et pas de chien 🙂 ). Je suis pas contre un essai du même acabit d’une leaf. J’adore les blogs vivants. Merci encore

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.