Coup de gueule

[cri du coeur] ZFE : un an de sursis pour Strasbourg, avant d’aller dans le mur comme les autres

Le titre est volontairement provocateur, mais il est peut-être temps que l’on mette ces beaux projets lancés sur fond de lutte contre le réchauffement climatique face à la réalité du terrain. Si vous pensez encore que les ZFE vont aider à accompagner les gens vers des véhicules moins polluants et que d’un coup on réglera en quelques années la pollution de l’air dans les villes concernées, c’est que vous faites parti des optimistes. Il en faut aussi, mais derrière le tableau bucolique d’une ville où les gens circulent à vélo, en transports en commun propres et en voiture électrique, il va peut-être falloir se poser des questions très concrètes (économiques et sociales).

Qu’est ce qu’une ZFE ?
ZFE (zone à faibles émissions) ou ZFEm (zone à faibles émissions mobilité) est une zone urbaine dont l’accès est réservé aux véhicules les moins polluants (sur la base des vignettes Crit’Air) sur des plages horaires et un périmètre défini. Dans certains cas (à discrétion des villes), l’interdiction de circuler pourra s’appliquer 7/7j 24/24h (comme à Strasbourg).

Comme une partie des lecteurs n’iront pas beaucoup plus loin que l’introduction avant de juger, je tenais quand même à préciser que je n’ai rien contre les déplacements à vélo, que je crois dans un avenir où la voiture électrifiée aura sa place (j’ai lancé Miss-kW.com dans ce sens), mais pas aux forceps, et qu’un bon réseau de transport en commun est un élément crucial pour une ville.

Ce qui me pose problème ici n’est pas tant l’objectif utopiste des ZFE, mais la manière d’arriver à ses fins, et surtout le paradoxe autour de certaines décisions des élus locaux. Je vais ici essentiellement parler de Strasbourg et ses environs (que je connais), mais le discours se transpose également aux autres villes de France concernées (métropoles du Grand Paris, de Lyon, de Grenoble-Alpes-Métropole, d’Aix-Marseille-Provence, de Nice-Côte d’Azur, de Toulon-Provence-Méditerranée, de Toulouse, de Montpellier-Méditerranée et de Rouen-Normandie)

Des projets de ZFE/ZFEm trop étendus et restrictifs

Strasbourg a déjà posé les jalons pour une transition vers une mobilité plus verte et plus douce, au moins dans son centre-ville. La voiture n’est déjà plus la bienvenue au cœur de la Grande Ile, des restrictions sur les véhicules de livraison ont fait leur apparition, les transports en commun offrent un maillage plutôt bien pensé et le vélo y est en plein boom (avec quelques soucis d’infrastructures pour les accueillir et surtout les garer). Le résultat est plutôt bon et se fait dans le bon esprit de la chose. Mais …

cohabitation vélo & auto en ville

Quand on s’éloigne du centre, par contre le tableau est un peu moins idyllique, les pistes cyclables sont toujours là, mais le réseau de transports en commun est déjà moins bien représenté et surtout demande des temps de parcours allongés amenant à repasser parfois par le centre, donc en entrainant une grosse perte de temps vis-à-vis du même trajet en voiture (ou en vélo).

Quant aux bassins d’emplois, même si un effort a été fait pour relier Strasbourg centre au Pôle Européen en TEC (bus, tram…), bien d’autres zones comme le Port Autonome, la zone artisanale de la Wantzenau/Hoerdt, la zone des concessions automobiles d’Hoenheim ou les zones commerciales comme la Vigie ou Vendenheim ne sont accessibles quasiment qu’en voiture pour rester dans des temps de transport acceptables (et sur des horaires élargis). Et même si des études tendent à prouver que les gens habitent à moins d’un kilomètre de leur lieu de travail, vous me permettrez d’avoir un gros doute sur la réalité notamment sur les postes les plus précaires, je pense que les statistiques sont faussées par quelques biais (des gens comme moi qui ont leur siège à domicile notamment). A Strasbourg, 25% des salariés exerçant dans la métropole n’y habitent pas.

Pour rappel, le projet de ZFE ou ZFEm (oui le “M” de mobilité est la petite nouveauté) tel qu’il est prévu à Strasbourg couvre l’ensemble de la ville y compris l’autoroute A35/A4 (axe de transit), et s’appliquerait 7/7 jours et 24/24 h.

Le report d’un an du bannissement des voitures sans vignette Crit Air qui aurait dû s’appliquer au 01/01/2021, sera rattrapé en 2022 où les vignettes Crit Air 5 seront exclues également (deux pour le prix d’un). L’objectif de Strasbourg est un bannissement de tous les véhicules diesel et ceux essence d’avant 2010 au 1er janvier 2025. Au niveau de l’Eurométropole, le calendrier est un plus étalé, mais avec une finalité identique au plus tard en 2030.

Petite exception pour les véhicules disposant d’un certificat d’immatriculation collection (CIC), la FFVE a négocié une dérogation pour que notre patrimoine automobile puisse continuer à rouler, mais n’oubliez pas que le passage en véhicule de collection ne vous permet plus d’utiliser le véhicule au quotidien comme véhicule principal.

Tous en électrique ou hybride… ce leurre ! Tous piétons, oui !

Si vous pensez que l’on veut vous voir acheter de nouvelles voitures rutilantes (grosses, larges, envahissantes, et quand même polluantes), c’est que vous n’avez tout simplement rien compris aux ambitions politiques derrière ces restrictions. Strasbourg, tout comme Paris, ne s’en cachent même pas, ils ne veulent pas un renouvellement du parc automobile, ils en veulent la disparition pure et simple d’une grande partie de celui-ci ! Et avec les centaines de milliers d’emplois qui sont directement liés à cette branche de notre économie (mais ça ils le réaliseront plus tard au moment des élections).

S’il y avait vraiment une ambition à électrifier le parc automobile, il y aurait des bornes de recharge, et pas “quelques bornes” (souvent non entretenus donc dysfonctionnelles), mais un vrai maillage riche. Sauf que vous le voyez bien à Paris (comme ailleurs), le stationnement de surface est amené à se réduire drastiquement, les parkings souterrains ou publics ne peuvent pas accueillir des bornes de recharge pour tous (pour des questions de normes et de sécurité). L’équation est donc simple si vous n’avez pas les moyens d’avoir un pavillon ou un logement avec garage (et réussi la lourde mission de faire valoir votre droit à la prise), vous serez de futurs piétons, ou des futurs exilés à la campagne.

chargemap strasbourg fev2021
source : ChargeMap

Finalement, ces ZFE vont peut-être marquer la fin de l’exode rural, voire même carrément inverser la tendance. La liberté de circuler dans un véhicule personnel dans les zones urbaines va donc devenir un luxe à courte échéance (prix des véhicules élevés, prix des carburants et de l’électricité en hausse, réduction/fin des aides à l’achat, et taxations à gogo), et si vous n’avez pas les moyens pour investir ? Vous ne serez plus les bienvenus.

Alors, quelles solutions pour …

1- L’énorme gaspillage écologique de mettre des véhicules en parfait état de marche à la casse (via la prime à la conversion) ?

D’un côté les politiques mettent en place des lois contre l’obsolescence programmée de nos équipements, et de l’autre, on va empêcher des centaines de milliers de véhicules de rouler dans les métropoles, et même de les mettre carrément à la casse pour ceux qui seront tentés d’investir dans un nouveau modèle via les primes. Vous y voyez une quelconque logique, en dehors de faire tourner l’industrie automobile pour un dernier baroud d’honneur avant de la sacrifier ?

Certains me diront que les voitures des villes, iront à la campagne (ou dans les pays en voie de développement, génial comme si les conséquences de la pollution ne concernaient pas la planète entière), mais en fait non, ce n’est pas aussi simple et aussi évident. Si encore les ZFEm permettaient aux ménages de conserver un véhicule plus ancien, genre un fidèle diesel, pour les fois où ils partent en vacances, ont envie d’aller à Europapark ou besoin d’un véhicule plus gros ou familiale pour des activités de loisirs ou autre genre tracter un van à chevaux, une remorque pour aller à la déchetterie (chose qu’on ne peut pas faire avec une Zoé), mais non tout cela ne sera plus possible. Même le week-end, même pour un besoin ponctuel, il faudra “jeter” votre voiture d’avant 2010 d’ici à 4 ans.

voiture tractant un bateau

2- Ceux qui n’ont pas les moyens, ceux qui travaillent de nuit, ceux qui sont des salariés précaires ou des étudiants ?

Les politiques pensent vraiment que certains ménages gardent leur vieille voiture juste pour le plaisir ? Alors oui, il peut y avoir un attachement (on est ici sur un blog automobile qui aime toutes les voitures, on veut bien sûr toutes les garder), mais soyons sérieux, si certains roulent encore en Twingo 1 ère génération (dans un Kangoo ou une vieille golf) et ce jusqu’à la mort naturelle du véhicule, ce n’est pas tant par plaisir que parce que cette voiture est économique et durable et qu’elle rentre dans les faibles moyens de certains.

strasbourg voiture datée

Ces vieilles bagnoles sont aussi souvent les véhicules des étudiants ou jeunes embauchés qui démarrent dans la vie active, avec des petits moyens, mais les besoins d’une voiture pour rentrer chez leurs parents que ce soit tous les jours ou de temps en temps, pour aller sur leur lieu de travail qui n’est pas forcément à proximité, ou pour faire des missions d’intérim la nuit ou sur des horaires fluctuants.

Vous m’excuserez, mais une infirmière qui vient de finir sa garde, n’a peut-être pas envie de prendre 2 bus et 1 tram pour rentrer chez elle à 6h du mat, sans parler de la sécurité des transports sur des horaires décalés, alors que 15/20 minutes de circulation d’une petite voiture suffit pour la ramener à bon port chez elle.

Déjà que les loyers élevés des centres-villes ont poussé les classes les plus populaires aux périphéries des agglomérations (là où les transports en commun sont les plus défaillants), on veut bientôt les priver de leur moyen de se déplacer librement (y compris pour faire les courses, pour leurs loisirs du WE, pour se rendre chez des amis ou leur famille), parce que clairement tous n’auront pas les moyens de changer de voiture. Oui, il y a des aides, c’est un bon début, mais ce n’est pas suffisant pour des ménages déjà parfois surendettés par d’autres prêts. On n’a jamais compté autant de gens dans les resto du coeur (la pandémie n’étant pas la seule cause) et on veut leur faire acheter un véhicule récent ? Non mais réveillez-vous ! C’est de l’indécence !

3- Pour tous les artisans, forains, services à la personne, food trucks/camions à pizza …

Vous les aimez les food trucks et autres camions à pizza qui viennent pas loin de chez vous ou de votre bureau ? Vous êtes content quand un plombier peut venir vous remplacer un chauffe-eau qui vient de lâcher (peu importe qu’il roule en C15 ou en Ford Transit PHEV)? Vous aimez vos primeurs qui viennent sur le marché à côté de chez vous pour vendre leur toute petite production. Vous êtes soulagés que des déménageurs s’occupent de votre emménagement avec leur camion au diesel et leurs bras musclés. Vous commandez un Uber (dans sa 508 diesel) pour rentrer chez vous quand vous avez la flemme de prendre les transports en commun. Bref, vous aimez cette vie d’urbain qui fait que vous n’avez pas à vous déplacer pour avoir tout ça, mais que tout vient à vous d’un claquement de doigts.

food truck

Tout cela est menacé par la mise en place des ZFE, vous ne vous en rendez pas compte aujourd’hui, mais très prochainement beaucoup de ces professionnels ne pourront plus accéder aux villes concernées avec leur véhicule. Les véhicules utilitaires, comme les véhicules à aménagements spécifiques, commencent doucement à répondre à ces besoins de nouvelles motorisations, mais à quel coût ?

Vous vous rendez bien compte qu’encore une fois, seuls les professionnels les plus aisés pourront renouveler leur(s) véhicule(s) professionnel(s), ceux-là même qui probablement marges très confortablement (à vos dépens) pour pouvoir s’offrir ce luxe de mettre au rebus du jour au lendemain, un véhicule qui fonctionnait encore bien.

On va me dire qu’ils n’auront qu’à venir en vélo cargo (bon certains commerçants vont devoir pédaler 3h avant d’arriver sur le marché boulevard de la Marne avec 10 cagettes, mais on a rien sans rien), c’est super le vélo cargo, on peut même déplacer des pavés (les Strasbourgeois comprendront la référence). Quand on voit que SOS médecins ne se déplacent plus (enfin de moins en moins) au coeur de Paris faute de stationnement, et que beaucoup d’artisans refusent de se déplacer aussi pour la même raison, je souhaite bien du courage aux urbains. Vous allez voir la décroissance, c’est top !

velo cargo

4- Les bus de voyage et les camions de la zone portuaire, on les dégage aussi

En même temps à part les “prolo” qui prend un Flixbus pour voyager ? (enfin moi pour aller à l’aéroport de Francfort, oups). On peut bien les supprimer.

Les camions? Pourquoi faire ? Un vélo cargo pour faire la Tchéquie > Strasbourg pour transporter des palettes de matériel industriel, c’est parfait aussi. Oust ! on dégage les camions, ça fait du bruit et ça pollue. Les industries et les centres logistiques n’ont qu’à partir à la campagne aussi. “Ah merde ! Mais j’aurais besoin d’une voiture pour aller travailler alors si mon entreprise quitte la ville, flûte alors !

5- D’ailleurs en parlant des bus, et les touristes ?

On le voit bien le tourisme local (à proximité) à ses limites, donc sans bus de tourisme et sans les péquenauds de la campagne avec leurs bagnoles non Crit Air VE,1 ou 2 qui viennent faire un petit tour “à la ville” de temps en temps, je plains les musées, les salles de spectacle et toute l’économique touristique, car ça va être dur les années à venir dans les ZFE.

Les marchés de Noël qui attiraient des touristes de partout, de toutes les classes sociales, et pas uniquement les Parisiens débarquant en TGV à Strasbourg pour un ou deux jours, ils n’iront plus à Strasbourg, ils iront là où ils sont les bienvenus.

marche de noel strasbourg

J’en profite pour rappeler que ces gens en transit dans la région ne pourront même plus emprunter l’autoroute A35/A4 (gratuite), s’ils n’ont pas la bonne Crit Air sous peine de sanction. Il leur faudra utiliser l’autoroute payante (encore nommée “grand contournement Ouest) qui n’est pour le moment même pas terminée.

Des sanctions, encore des sanctions …

Mise en place d’une stratégie de contrôle de la mise en œuvre de la ZFE notamment par lecture automatisée des plaques via les outils numériques de la smart-city.

Extrait du groupe « Faire Ensemble Strasbourg » que préside Catherine Trautmann

Il ne s’agit pas de faire des contrôles avec des sanctions ponctuelles pour ceux qui seraient tentés de tricher (comme à Paris actuellement), non, les élus locaux sortent directement les sulfateuses à PV. Combien coûtera l’investissement de ces équipements ? Ils s’en fichent, cela sera forcément rentable.

Comment ça, vous avez pris une contravention parce que vous avez emmené votre mamie pour une opération critique et urgente à l’Hôpital Civil alors que vous roulez en Crit Air 5, un représentant des forces de l’ordre aurait pu avoir de l’empathie, une machine aura une tolérance zéro ! Espérons au moins que mamie ne sera pas morte sur la table d’opération, ça serait double peine quand même (oui je sais, je suis cynique là).

On n’est plus à un paradoxe près

Si tout cela me met en colère, c’est parce que cette chasse aux voitures dites “polluantes” est un prétexte, un ridicule pansement sur une plaie béante. Oui, tout le monde doit agir pour lutter contre le réchauffement climatique, la transition commence à s’installer dans les esprits des particuliers, mais pas forcément des collectivités. Et ces ZFE sont partiellement un coup d’épée dans l’eau, qui vont nous coûter très très chères, si elles ne s’accompagnent pas d’une vraie stratégie globale :

  • La logique Crit Air est biaisée. Un Lamborghini Urus (gros SUV de luxe) émet 325 g/km de CO2, mais avec sa vignette Crit Air 1, il pourra toujours circuler, quand une petite Twingo ou une 207 ne pourra plus le faire. L’argent achète tout, c’est bien connu. Comment voulez-vous que les gens adhèrent à cela ?
  • On veut favoriser des véhicules moins polluants, mais en n’offrant aucune infrastructure pour cela. C’est un peu comme mettre une route en plein désert et s’étonner qu’elle soit vide, ou tester une route solaire en Normandie, ou bien encore créer une autoroute de contournement payante pour délester le trafic sur celle gratuite (la blague !).
  • L’Eurométropole de Strasbourg est polluée, donc on construit toujours plus de nouveaux quartiers, transformant des terrains agricoles ou des friches en des zones bétonnées, toujours plus. On le rappelle les espaces verts c’est bien, les bâtiments c’est mal pour le réchauffement.
  • Ce n’est pas comme si les PLU (y compris récents) avaient tout misé sur la bagnole depuis plusieurs décennies. On se retrouve avec des zones d’emplois =! des zones de commerces =! des zones de loisirs =! des zones d’habitat, avec ça démerdez-vous sans voiture.
  • Ces ZFE ne tiennent pas vraiment compte de la topologie, qui expliquent la pollution en partie, oui Strasbourg et la plaine d’Alsace sont pollués, comme Grenoble, de part leur emplacement. Strasbourg en plus profite largement de la pollution des centrales charbons et sites industriels de nos chers voisins allemands. Sans compter que comme côté allemand, la circulation des poids lourds sur autoroute est payante, nous absorbons une bonne partie du trafic de transit allant du Nord au Sud. Mais c’est la voiture de monsieur tout le monde qui pollue, c’est bien connu.
strasbourg construction

Je vous dirais bien de fuir ces villes, et de les réserver aux beautiful people bien portants qui peuvent tout faire à vélo, il est encore temps de changer de vie pour ne pas subir ces contraintes polito-politiciennes qui n’ont quasiment aucun sens, tant ils ont étendus la zone et la plage temps des ZFE sans jamais se soucier de leur impact sur leurs administrés. Venez à la campagne, déplacez vos entreprises, changez de vie et vivez heureux …

Les politiques ont tendance à oublier que l’automobile (et notamment l’automobile thermique via les carburants) rapporte à l’état pas moins de 73,7 milliards d’euros de taxes (oui l’automobiliste est une vache à lait rentable), et qu’à la chasser, ils finiront par scier la branche sur laquelle ils sont confortablement assis.

Bon, et si vous restez en ville et que vous avez besoin de changer de voiture, lisez les essais sur Miss280ch ou sur mon blog sur l’électromobilité.

La version audio de cet article est également disponible :

A propos de l'auteur

Raphaelle

Avoir des chromosomes XX n'empêche pas d'apprécier les voitures et les belles mécaniques, bien au contraire. Je pense même que cela permet d'apporter un regard différent sur le secteur automobile, sans pour autant devoir se limiter à commenter la palette des couleurs des citadines.

J'ai grandi baignée dans l'univers automobile, je me suis fait plaisir avec des sportives raisonnables, j'ai passé des heures voire des week-ends au sein de clubs automobiles. Depuis maintenant plus de 7 ans, j'édite seule le site Miss280ch. Entre coups de coeur et coups de gueule, je m'exprime souvent sans langue de bois, mais toujours avec humour et honnêteté.

Basée en Alsace, je profite de l'Autobahn illimité pour taquiner les VMax des voitures ou des Vosges pour tester les châssis ... ce terrain de jeu est parfait.

2 commentaires

  • Profitez-en pour lire cet article de “Transition énergétique” (https://www.transitionsenergies.com/effets-confinements-qualite-air-exageres/).
    C’est à mon sens un intérsessant argumentaire pour enfoncer le clou en illustrant scientifiquement ces arguments de simple bon sens.
    Attention, le qualificatif de “simple” n’est pas utilisé péjorative ment, du moins pour notre auteur. Mais bien pour confirmer qu’une logique qui devrait être évidente pour tous n’effleure même pas nos édiles. Parisien (né, élevé, et ayant habité plus de 40 ans dans Paris intra-muros, venant de passer de nombreuses années en Suisse, je n’ai pas eu la moindre envie de regagner la capitale, et ai revendu mon appartement du cœur de Paris. Je vis désormais dans ce qui fut des décennies durant le maison de campagne familiale, et en suis fort aise.).
    Les touristes aussi finiront par fuir ces lieux où nul ne parvient plus à circuler, même les taxis. Il y a plus d’un an qu’excédée par l’engorgement de la capitale, ma femme n’a plus mis les pieds à Paris (75 km jusqu’au périphérique, pourtant…) : Avantage de la mondialisation, toutes les grandes maisons offrent désormais leurs collections dans chaque grande capitale. Nous avons donc remplacé les journées de shopping par des week-ends dans d’autres capitales bien plus accueillantes (Bravo Hidalgo, Trautman et consorts… Continuez ainsi, vous tenez le bon bout ! ).

  • Bonjour,
    Il est plaisant (enfin, de lire qu’il y a des gens qui ont BESOIN de moteur pour tracter. Cela va à l’encontre des idées reçues et des dogmes imposés, et merci d’avoir su le rappeler dans votre article.
    Vous parliez des professions qui vont rapidement pâtir de ces décisions, exit les fabricants de caravanes, car il est devenu difficile d’avoir des véhicules capables de les tracter. Et ce sont (ou c’étaient…) pourtant des emplois français….

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.