Actualité

10 exemplaires de la Nissan 370Z 50ème Anniversaire en France

Nissan 370Z 50ème anniversaire
Raphaelle
Rédigé par Raphaelle

Même si les nouvelles taxes et notamment WLTP tuent en France le marché des véhicules sportifs pour des modèles tel que le coupé Z de Nissan, la 370Z n’est pas encore morte. On est d’accord l’encéphalogramme du modèle est un peu trop plat, mais d’un coup avec l’actu du jour il reprend un pic de vie et de passion qui fait du bien.

Pour ceux qui ne le savent pas, le nom du site où vous êtes actuellement est lié à mon histoire avec la 350Z (celle de 280ch donc), je n’en ai plus dans le garage depuis quelques années déjà (et elle me manque), mais elle a marqué à jamais mon parcours automobile. J’ai toujours un attachement particulier pour ce modèle qui reste pour moi un de meilleurs coupés pour le rapport performance / prix.

miss280ch 350z sortie clud audi
un portrait de 2006 avec ma grosse bleue …

De la 350Z 35th anniversary à la 370z 50ème anniversaire

C’est finalement avec ce genre de modèles en série limitée que l’on réalise à quel point le temps passe vite. Je me souviens du lancement, en 2005, de la version du 35ème anniversaire avec ses 300 ch (20 ch de plus que les autres modèles à cette époque), ses jantes spécifiques 18″ et son jaune “ultra yellow” (même si elle était aussi disponible avec d’autres coloris).

nissan 350z 35th sortie alsace notre350z.com
une 35th anniversary au premier plan de cette sortie 350Z

Quand ce matin je découvre le communiqué de la marque pour une version 50ème anniversaire, je me dis qu’il doit y avoir erreur sur la date, j’en étais même déjà à accuser les marketeurs de fausser le truc. En fait non, 15 années ont déjà bien passé depuis la 350Z “35th anniversary”.

J’en profite pour rappeler que l’anniversaire fête les 50 ans de la gamme Z débutée avec la Datsun 240Z, puis poursuivie avec 280ZX et 300ZX, avant d’arriver à notre génération de fairlady 350Z (Z33) en 2002 puis 370Z (Z34) en 2009.

Une série limitée surtout pour son look

Pas de changement sous le capot, cette version 50ème anniversaire garde le même esprit : un V6, propulsion, dont le moteur atmosphérique de 3.7 L développe 328 ch, comme pour les autres 370Z.

Cette édition limitée se démarque surtout par son look extérieur, avec des décorations qui rappellent la Datsun 240Z  « BRE » (Brock Racing Entreprises) qui a remporté de nombreuses courses américaines dans les années 70. Cela parlera surement plus au marché américain qu’au marché européen.

La version 50ème anniversaire est disponible en blanc avec des éléments rouges ou en gris avec les éléments noirs. Dans les deux cas, deux bandes rappelant l’écurie BRE s’étendent sur les portières. S’y ajoutent les rétroviseurs, montants de pare-brise, coffre et capot peints en rouge ou en noir.

De nouvelles jantes 19″ en alliage spécial viennent compléter ce style, le badge 50th anniversary sera également visible comme pour toutes les versions “anniversaire”. Par contre, cette édition limitée est dépourvue du becquet arrière en référence à la 240Z (je demande à voir si les appuis seront suffisants).

L’intérieur dispose d’une sellerie spécifique (cuir noir/suédine avec des surpiqûres bordeaux avec le logo 50th anniversary surpiqué sur le dossier) et du volant gainé Alcantara de la version Nismo.

La Nissan 370Z 50ème Anniversaire est disponible au prix de 41 200€ avec la boîte manuelle 6 rapports, ou 43 300€ avec boîte automatique 7 rapports. Inutile de vous parler des émissions de CO2, c’est malus maximum et plus si affinité, mais par contre ce modèle sera à coup sûr un collector.

Nissan 370Z 50ème anniversaire

Un collector assuré déjà parce qu’avec les normes à venir je doute que des amateurs soient prêts à payer autant en taxe qu’en prix de la bagnole pour la 370Z normale (qui débute à 33 500€ en France), elle va donc être amenée à disparaître, mais encore plus parce que cette version anniversaire est limitée à 10 exemplaires pour la France, autant dire rien !

A propos de l'auteur

Raphaelle

Raphaelle

Avoir des chromosomes XX n'empêche pas d'apprécier les voitures et les belles mécaniques, bien au contraire. Je pense même que cela permet d'apporter un regard différent sur le secteur automobile, sans pour autant devoir se limiter à commenter la palette des couleurs des citadines.

J'ai grandi baignée dans l'univers automobile, je me suis fait plaisir avec des sportives raisonnables, j'ai passé des heures voire des week-ends au sein de clubs automobiles. Depuis maintenant plus de 7 ans, j'édite seule le site Miss280ch. Entre coups de coeur et coups de gueule, je m'exprime souvent sans langue de bois, mais toujours avec humour et honnêteté.

Basée en Alsace, je profite de l'Autobahn illimité pour taquiner les VMax des voitures ou des Vosges pour tester les châssis ... ce terrain de jeu est parfait.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.