Inclassables

Quand le phénomène POG fait étape à la cité de l’auto de Mulhouse

POG Tour - étape Mulhouse - Cité de l'automobile
Raphaelle
Rédigé par Raphaelle

C’était décidément un dimanche soir un peu agité dans le quartier de la Cité de l’Automobile de Mulhouse, et la qualification de l’équipe de foot algérienne à la finale de la Coupe d’Afrique n’en est pas la cause. Cette effervescence qui a animé le musée de 19h à minuit repose sur les épaules d’un Youtubeur / influenceur connu sous le nom de POG (et de sa clique).

Malgré une météo pluvieuse et seulement 16° au thermomètre (pas de chance, le seul jour où la météo est médiocre), l’événement a fait converger 2000 personnes vers la Cité de l’Automobile. Un public très majoritairement jeune (18 – 35 ans) mais aussi quelques familles, tous sont venus pour approcher leur idole (ou modèle) et sa cohorte de supercars venus faire le show à Mulhouse lors d’une des étapes de leur POG Tour.

Qui est POG et qu’est-ce que le POG Tour ?

Si POG n’a pas besoin d’être présenté pour certains, pour d’autres le nom n’est à la rigueur qu’une vague évocation des années 90 d’un jeu de cours d’école (et encore). Non ce POG là fait parti de la génération des influenceurs devenus célèbres grâce à ses vidéos publiées sur Youtube, si les jeunes filles connaissent plutôt Marie / EnjoyPhoenix avec ses tutoriels beauté, les jeunes hommes amateurs de voitures (sportives) eux suivent tous les faits et gestes de François dit POG depuis quelques années. 540 000 abonnés Youtube (avec une vidéo ayant dépassé les 29 millions de vues), 466k followers sur Instagram et encore 513k sur Facebook.

Millionnaire fantasque au premier abord, POG a su transformer sa collection de voitures en arme de communication massive. Si la première image que l’on peut avoir de lui est celle d’un nouveau riche “m’as-tu vu” et excentrique, image sur laquelle il adore jouer, c’est que vous vous êtes arrêté au degré 0 (mais il est certain qu’il ne peut pas plaire à tout le monde). POG est un personnage bien plus complexe qu’il n’y parait, et plus je l’observe plus je vois l’intelligence de l’homme, avec un sens du business aiguisé, mais surtout sa véritable envie de partager des tranches de vie avec les autres (un vrai gentil en somme derrière le côté bling-bling). Sa fortune il l’a gagné à la sueur de son front en revendant la société qu’il avait créé, puis il a acheté une voiture qui le faisait rêver, puis une autre … et on connaît la suite.

Ses fans ne s’y trompent pas, ils espèrent tous profiter de sa générosité, car il est le premier à ouvrir les portes de ses supercars voire carrément à passer le volant à des inconnus venus à sa rencontre. Chose qui semble relativement inimaginable à faire avec d’autres possesseurs de voitures dépassant des tarifs à 6 chiffres, en dehors des membres de “sa clique” que l’on a pu voir notamment hier (dont @Soul_acr et @Mishaonwheel pour les pseudos Instagram).

Et le POG TOUR quèsaco ? Pog a déjà participé à des rallyes type Gumball 3000 (je ne pense pas avoir besoin de le présenter), s’illustrant souvent par ses retards sur chaque étape notamment quand le tour traverse des pays francophones où Pog prend soin de rencontrer ses nombreux fans. Un agitateur public créant finalement des rassemblements sauvages qui lui a d’ailleurs valu quelques problèmes en France comme à Monaco, Oups !

L’idée du POG Tour semble donc venir de là, faire un rallye entre amis reliant la Belgique à Monaco avec plusieurs étapes en France et en Suisse. Chaque étape compte un rassemblement pour permettre la communion avec les fans dans un lieu adapté (enfin plus qu’à ses habitudes). L’étape n°2 à Dechy semble quand même avoir réuni plus de 5000 personnes selon La Voix Du Nord, créant par la même occasion des bouchons monstres dans le secteur.

Retour sur l’étape mulhousienne du POG Tour

Au programme des festivités de ce 14 juillet à Mulhouse, présentation des “pogmobiles” et des “pog tourers”, accès libre au musée de la collection Schlumpf, tours de l’autodrome en passager des voitures, DJ et feu d’artifice pour un tarif de 10€ par personne.

2000 personnes se sont pressées à la Cité de l’Automobile pour voir l’arrivée de Pog et des Pog Tourers, mais aussi profiter des festivités malgré la pluie et le froid gâchant un peu la fête. Nombreux étaient les fans arborant le t-shirt du Pog Tour vendu 29€ en amont de l’événement, ce qui une fois de plus démontre bien une certaine ferveur pour le personnage.

Dans son discours d’accueil, POG le dit lui-même “cette soirée est placée sous le signe du partage”, il n’échappera pas aux nombreux bains de foule tout au long de la soirée et aux interminables sessions de selfies (il en faut de la patience quand on est POG). Même sa visite du musée et surtout de l’exposition temporaire “incomparables Bugatti” (dont je vous reparle bientôt) en compagnie du directeur des lieux Aurélien Weisrock se fait sous bonne escorte. C’est d’ailleurs comme ça que j’ai retrouvé la trace de POG entre deux Bugatti au milieu de cette cohue dans cette salle aux lumières plus que tamisées.

Une affluence record au sein du musée entre 20h et 22h30, pourtant ce n’est pas l’espace qui manque, mais les lieux habituellement plus calmes ont vu défiler plusieurs centaines voire milliers de curieux. Pas forcément le profil des visiteurs habituels de la collection, c’était d’ailleurs assez intéressant à observer. Car s’ils connaissent tous par coeur la liste des possessions de POG (Ferrari, Lamborghini, McLaren, Audi … il ne manquait bien que le Renault Kangoo 2.2 ce soir-là), face à des voitures datant pour certaines des origines de l’automobile, la plupart étaient complètement désorientés. En tendant l’oreille, on pouvait même saisir quelques échanges cocasses autour de certaines découvertes (il faut dire que certains véhicules de la collection sont déroutants), d’autres s’improvisaient guide d’un soir pour guider leurs amis au milieu des allées. Voilà comment dépoussiérer un peu l’image du musée de l’automobile de Mulhouse …

Si j’ai été bluffée au début de la soirée par le monde que l’événement drainait, je n’étais pas au bout de mes surprises quand est venu le moment des baptêmes sur l’autodrome. Répartis sur une bonne partie de la longueur de la piste, les fans sont entrés carrément en transe lorsque les premières montées en régime des moteurs des supercars se sont fait entendre. L’objectif pour eux attirer l’attention pour que POG et ses amis s’arrêtent et prennent un participant au hasard pour un tour de manège (et ainsi de suite pendant de nombreux tours).

POG Tour - étape Mulhouse - Cité de l'automobile

La piste est petite, pas de quoi exploiter la puissance des modèles présents, mais qu’à cela ne tienne, pendant plus d’une heure c’est au bruit des rupteurs, des crissements de pneus et des hurlements de fans en délire que se passe cette fin de soirée. J’ai beau être fan de bagnoles, je suis complètement dépassée par le spectacle, j’ai d’ailleurs un peu mal au coeur pour les belles mécaniques que sont ces Lamborghini, Ferrari et McLaren de les voir être torturées ainsi. Je n’ose même pas imaginer le chiffre de la consommation instantanée, ni l’état des pneus ou des plaquettes, mais peu importe, le public est venu pour ce show, et on peut dire que malgré les averses il en a eu pour son argent.

D’ailleurs après la première session de baptêmes, rien de mieux pour se réchauffer avant le feu d’artifice que d’aller au contact de la Mustang GT “POGvoi exceptionnel” ou des échappements des Lamborghini qui se sont merveilleusement illustrés comme lance-flamme… Un spectacle finalement plein de paradoxes.

POG Tour - étape Mulhouse - Cité de l'automobile

Pour terminer en beauté, un feu d’artifice offert par POG sur l’autodrome vient faire pétiller les yeux des spectateurs avant de reprendre une nouvelle fois quelques tours de piste. Alors que je regagnais déjà ma voiture garée fort loin vu l’affluence, j’entendais encore au loin les “pog ! pog ! pog !” repris d’une seule voix par une foule chauffée à blanc, j’ai eu l’impression d’avoir assisté au spectacle de Ben-Hur au sein du Colisée de Rome.

POG Tour - étape Mulhouse - Cité de l'automobile

Vraiment une drôle de soirée … mais bien organisée, on ne peut pas leur retirer les efforts faits pour canaliser ce monde, mais c’est une autre vision de l’automobile qui me rappelle un peu les rassemblements Tuning, un autre monde pour certains.

Est-ce que POG n’aurait pas créé une sorte de télé-réalité de l’automobile via les réseaux sociaux ?

Petite mise à jour de l’article au 20/09 pour ajouter une vidéo réalisée par Masi Productions que j’ai croisé pendant la soirée et qui reflète bien l’ambiance de la soirée malgré la météo

A propos de l'auteur

Raphaelle

Raphaelle

Avoir des chromosomes XX n'empêche pas d'apprécier les voitures et les belles mécaniques, bien au contraire. Je pense même que cela permet d'apporter un regard différent sur le secteur automobile, sans pour autant devoir se limiter à commenter la palette des couleurs des citadines.

J'ai grandi baignée dans l'univers automobile, je me suis fait plaisir avec des sportives raisonnables, j'ai passé des heures voire des week-ends au sein de clubs automobiles. Depuis maintenant plus de 7 ans, j'édite seule le site Miss280ch. Entre coups de coeur et coups de gueule, je m'exprime souvent sans langue de bois, mais toujours avec humour et honnêteté.

Basée en Alsace, je profite de l'Autobahn illimité pour taquiner les VMax des voitures ou des Vosges pour tester les châssis ... ce terrain de jeu est parfait.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.