Essai

Essai des nouvelles motorisations essence du Fiat 500X

Essai Fiat 500X (2019)
Raphaelle
Rédigé par Raphaelle

La famille 500 fait partie des incontournables du paysage automobile urbain. La Fiat 500 a surement été le meilleur coup du constructeur italien pour retrouver un second souffle sur le marché européen, avec plus de 200 000 véhicules vendus à ce jour en France, on ne peut pas contester son succès chez nous. Dans la lignée de la 500, c’est aujourd’hui sa déclinaison crossover qui nous intéresse (j’avais aussi déjà testé sa version familiale la 500L pour le blog). Le 500X avec ses 50 000 ventes marche bien, il faut dire qu’il a beaucoup d’arguments pour séduire une clientèle qui raffole des petits SUV urbains, et ses deux nouvelles motorisations essence sont un atout de plus en attendant que le modèle arrive dans nos contrées en plug-in hybride (probablement vers fin 2020 ou début 2021 après son cousin le Jeep Renegade).

Le test des FireFly 120ch et 150ch du 500X

Quoi de mieux (ou de pire) pour tester ce genre de modèle que de se lancer dans une traversée de Paris intra-muros puis de la région parisienne ? On peut dire que l’on a été rapidement dans le vif du sujet quant à la pertinence de ces motorisations dans la circulation dense d’une journée d’un francilien lambda, notamment une matinée où une fine pluie était en plus de la partie, afin de corser un peu la donne.

Essai Fiat 500X (2019)

Malgré l’association à une boite mécanique 6 rapports, c’est le 3 cylindres 1.0 litre turbo de 120 ch qui m’a le plus séduite sur l’essai de la Fiat 500X dans ce parcours urbain et péri-urbain. Pourtant pour affronter les 50 000 feux rouges, les zones de travaux et le chaos qui règnent dans certaines rues de la capitale, la boite automatique DCT que l’on retrouve sur la version 4 cylindres 1.3 litre turbo est un confort indéniable. Mais sur l’ensemble des trajets (y compris autoroute puis campagne) j’ai été plus sensible à l’agrément de conduite que m’a procuré ce petit moteur de 120 ch, et puis la sonorité de ce 3 cylindre fait aussi pencher la balance du bon côté.

Essai Fiat 500X (2019)

Pour celles et ceux qui aiment bien de temps en temps avoir une conduite plus dynamique, c’est du côté de ce FireFly de 120 ch que j’aurais tendance à vous pousser. Parce qu’il ne rechigne pas à la tâche, parce qu’il saura grogner juste ce qu’il faut pour être plaisant à l’oreille (le 4 cylindre est plus discret dans l’habitacle) et surtout parce j’ai trouvé que la boîte DCT invitait plus à une conduite souple et coulée, ce qui correspondra à ceux qui sont plus doux avec la pédale de droite.

Malgré tout la boîte DCT permet aussi de rouler de manière plus dynamique, cela dit pendant mon essai alors que je haussais le rythme, ses réactions m’ont un peu laissé perplexe, petit défaut de jeunesse certainement. Bien sûr, on sent quand même la différence de 30 ch entre les deux motorisations, et si la version FireFly 150 ch permet de doubler l’esprit tranquille (pas en ville je précise), la version 120 ch nécessite de prendre un peu plus de précautions (y compris pour les relances sur l’autoroute).

Essai Fiat 500X (2019)

Dans les deux cas, ces motorisations FireFly essence de 120 et 150 ch correspondent assez bien à ce que l’on peut rechercher sur un crossover comme le 500X, le diesel pourrait bien perdre du terrain face à ces deux moteurs essence au catalogue du constructeur, et c’est tant mieux. Reste que sur mon essai difficile de vraiment faire baisser la consommation et d’en tirer un chiffre concret, mais il faut dire que les embouteillages dantesques et quelques arsouilles n’aident pas à vous donner une consommation dite de “bon père de famille”.

Toujours ce style qui fait son charme …

Le 500X a eu droit à un léger lifting en 2018. La différence la plus visible se trouve au niveau des optiques avant mais surtout arrière. A l’arrière la carrosserie fait son apparition au centre du feu, si sur un modèle rouge on ne verra pas la subtilité au premier coup d’oeil, sur les autres couleurs ce petit détail est réussi.

Essai Fiat 500X (2019)

A l’avant aussi les optiques font une part belle aux éclairages Led, et en option sur les finitions les plus haut de gamme de nouveaux feux full Led vous apporteront un gain sur la visibilité nocturne, en plus d’un effet esthétique réussi.

Essai Fiat 500X (2019)

Quelques autres détails stylistiques évoluent aussi en fonction du choix de votre finition Cross ou Urban notamment sur la face avant, mais finalement c’est à l’intérieur que la perception du changement sera peut-être la plus visible avec une qualité perçue en hausse dans cette nouvelle génération du modèle.

Essai Fiat 500X (2019)

La Fiat 500X n’avait pas besoin d’un restylage en profondeur, son style est facilement identifiable et bien ancré dans l’air du temps. A son bord on prend vite ses marques, le levier de vitesse tombe bien sous la main, les indications des écrans sont claires et les assises sont plutôt confortables (même si le confort global est assez ferme), en tout cas suffisamment pour supporter les bouchons interminables de la banlieue parisienne (et d’autres métropoles).

Essai Fiat 500X (2019)

Dans les clous

Les aides à la conduite et le système d’infotainment Uconnect 7″ sont aussi un plus du modèle, avec de base le régulateur de vitesse adaptatif, la lecture des panneaux avec le limiteur de vitesse intelligent et l’alerte franchissement de lignes. Plus on monte en gamme dans les finitions, plus la dotation assistera le conducteur au quotidien (détection d’angle mort, freinage d’urgence…). Technologiquement la Fiat 500X est dans les clous.

Essai Fiat 500X (2019)

La Fiat 500X semble évoluer en cohérence avec son temps aussi bien côté motorisation que côté look ou équipement. Il faudrait voir ce que donne les consommations dans une utilisation moins extrême, mais ces deux moteurs essence 3 cylindres 1 l turbo de 120 ch et 4 cylindres 1.3 l turbo de 150 ch offrent un agrément de conduite plus probant que les moteurs d’anciennes générations à mon sens (et plus agréable à l’oreille que les moteurs diesel), reste à voir si leur efficience suffira à séduire les clients toujours plus exigeants sur les consommations.

Essai Fiat 500X (2019)

Look, connectivité, sécurité active et motorisations essence plus agréables devraient séduire les clients recherchant un crossover urbain tendance. Le tout avec un prix débutant à 18 990€ pour une finition Urban (équipée du nouveau moteur 3 cylindres 1.0l turbo 120ch et sa boîte mécanique 6 rapports) et plus si affinités.

L'avis parfaitement subjectif de Miss280ch // Fiat 500X (2019)
Overall
7.5/10
7.5/10
  • Look Global - 7.5/10
    7.5/10
  • Motorisation - 7.5/10
    7.5/10
  • Confort & équipements - 7.5/10
    7.5/10
  • Rapport Qualité / Prix - 7.5/10
    7.5/10

La testeuse en dit :

Après cet essai je comprends mieux pourquoi les clients tombent sous son charme. Elle profite du look si spécifique de la famille des 500, tout en ayant des rondeurs plutôt agréables à regarder. A l’intérieur on reste dans l’univers 500 également, tout en étant pas écrasé au sol comme dans la petite citadine. Les offres de motorisation essence sont cohérentes avec les besoins actuels et le 500X profite de toute la technologie embarquée nécessaire pour un usage quotidien. Un choix qui peut se révéler pertinent pour ceux qui se cherchent un crossover au goût du jour.

A propos de l'auteur

Raphaelle

Raphaelle

Passionnée d'automobiles surtout quand elles ont des chevaux sous le capot, je parle des voitures sans me limiter à la palette des couleurs des citadines... .

Entre coups de coeur et coups de gueule, je m'exprime souvent sans langue de bois mais toujours avec humour.

Basée en Alsace, je profite pleinement de l'autobahn illimitée pour taquiner les VMax des voitures...

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.