Evenements auto

Retour sur la 2ème édition du salon Auto Moto Classic de Strasbourg

Salon Auto-Moto Classic Strasbourg 2019 - revendeur
Raphaelle
Rédigé par Raphaelle

Avec un plateau réunissant 500 voitures et 190 exposants, cette deuxième édition du salon qui s’est déroulée fin avril à Strasbourg semble avoir trouvé son public. Même si la fréquentation est en légère baisse par rapport à l’année dernière avec seulement 19000 visiteurs, l’intérêt est là, il faut dire que le salon est tombé sur le samedi où les Gilets Jaunes ont décidé de prendre RDV sur Strasbourg, bad luck !

Sans même être un(e) grand(e) fan ou expert(e) en voitures anciennes (un peu comme moi qui suis assez novice en la matière finalement), on pouvait prendre plaisir à venir sur cette nouvelle édition du salon, il faut dire que deux expositions anniversaires pouvaient séduire un large public, celle des 110 ans de Bugatti et les 100 ans de Citroën, mais aussi d’autres beautés (qui sont plus proche de l’art que de l’automobile).

Un plateau Bugatti exceptionnel

Si la plus belle collection de Bugatti ne se trouve qu’à une centaine de kilomètres de là, à la Cité de l’Automobile de Mulhouse, ce plateau d’une quarantaine de modèles réunis par les différents groupes d’enthousiastes de la marque est impressionnant, et justement très différent de ce que l’on voit à Mulhouse (enfin dans mes souvenirs).

Une variété dans les époques et dans les modèles pour fêter les 110 ans de la marque que je vous laisse apprécier :

Mon coeur c’est surtout emballé pour ces deux dernières Type 57 (si vous voulez plus de détails sur les modèles présents, allez voir l’article de Newsdanciennes). Que ce soit cette version SC Atlantic et son intérieur à tomber, ou la 57S Roadster, ça c’était quand même quelque chose à voir. Waouh !

La marque elle-même a assuré une présence remarquée avec son DG (Christophe Piochon) et en faisant le lien entre le passée et le présent avec 3 modèles contemporains : Veyron, Chiron et Divo

Je vous laisse faire une estimation du prix de ces 1500m² du hall principal du salon … je pense qu’on était pas mal quand même !

100 ans de Citroën (mais flop pour les 100 ans de Bentley)

Ils sont nombreux les anniversaires des constructeurs (enfin ceux marquants), mais le petit coin dédié à l’anniversaire de Bentley faisait hélas peine à voir (d’ailleurs mes photos sont ratées), rien à voir avec la mobilisation réalisée pour constituer l’espace des 100 ans de Citroën.

Des véhicules qui rappellent énormément de souvenirs aux visiteurs se pressant sur le stand. Il n’y avait qu’à laisser traîner une oreille pour se régaler des anecdotes des uns et des autres face à certains modèles. J’ai même entendu du sacrément croustillant que mes chastes oreilles (ah ah ah) n’auraient pas dû entendre … on en faisait des choses en Citroën apparemment !

Voilà quelques clichés du stand, il en manque forcément pas mal, mais bon on les connaît bien.

La voiture la plus compliquée à photographier était là aussi … nan mais ce monstre !

Loeb comme parrain de cette édition

La transition est facile avec le paragraphe précédent puisque l’on reste un peu chez Citroën (et Peugeot), puisque Loeb Racing est venu exposer quelques voitures du nonuple champion du monde de rallye. Sébastien Loeb s’est aussi prêté à l’exercice de la séance d’autographe.

L’aventure Peugeot Citroën DS avait aussi réuni sur un autre stand, les Citroën victorieuses en rallye (et donc encore un peu de Loeb par ici aussi).

La compétition automobile était moins représentée sur le salon, mais il faut dire que le salon se tenait en même temps que le départ du Tour Auto, il y a peut-être un lien (ou pas).

Tout un espace pour les marques françaises disparues

Je suis d’ailleurs bien incapable de vous citer certaines des marques présentes et encore moins de vous raconter leur histoire. Alors à vous de trouver les légendes correspondantes aux photos (oui je vous fais travailler un peu).

Parmi les marques exposées que je connais, il y a Mathis. C’est une marque que j’avais découvert en m’installant en Alsace puisque son histoire est rattachée à Strasbourg. La seconde que je reconnais sans me tromper grâce à son bouchon de réservoir et ses grandes ailes, c’est les Avions Voisin.

A vrai dire j’en connais d’autres aussi, même si je ne les reconnaîtrais pas toujours au premier coup d’oeil. Mais cette promenade dans ce hall m’a donné envie de me replonger un peu dans l’univers de ces marques disparues. Pas vous ?

Sur le reste du salon on est dans un environnement plus classique

Il y a ceux qui jouent à faire la guerre encore et toujours …

Il y a les rois du bordel organisé, pardon de la pièce détachée…

Il y a des collections de deux roues, bon j’ai surtout aimé le coin des Vespa

Et puis il y a pleins d’autres petits coups de coeur (et alors là c’était difficile de faire une sélection dans toutes les photos que j’ai prises)

Et pour finir le stand qui m’a bluffé, à la fois bien aménagé avec un petit coin “dans son jus” et quelques mètres plus loin, une restauration d’une Jaguar juste improbable, on a l’impression qu’elle est plus neuve & rutilante qu’à sa sortie d’usine !

Bref un salon où il fait bon aller se promener si on ne peut pas aller dans les plus gros comme ceux de Rétromobile à Paris ou d’Epoq’Auto à Lyon.

A propos de l'auteur

Raphaelle

Raphaelle

Passionnée d'automobiles surtout quand elles ont des chevaux sous le capot, je parle des voitures sans me limiter à la palette des couleurs des citadines... .

Entre coups de coeur et coups de gueule, je m'exprime souvent sans langue de bois mais toujours avec humour.

Basée en Alsace, je profite pleinement de l'autobahn illimitée pour taquiner les VMax des voitures...

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.