Essai

Jeep Cherokee 2018 : une évolution en douceur …

Jeep Cherokee 2018
Raphaelle
Rédigé par Raphaelle

C’est quasiment l’année de renouvellement de tous les modèles de Jeep (Cherokee, Wrangler, Renegade). En dehors du Compass qui est encore trop jeune, le reste de la gamme se fait un lifting esthétique et technologique. Vous êtes prévenus, je vais encore en parler quelques fois dans les prochains temps, mais pour l’heure on se concentre sur le Cherokee.

J’ai été conviée à l’essayer sur les routes de Sicile, je me suis dit “chic il va faire beau, ça va être agréable pour tester ça”. Ça c’était la théorie, dans la pratique il n’avait pas autant plu depuis des mois sur la région que sur nos deux jours d’essai. A tel point qu’en remontant certaines ruelles à contre courant dans des petits villages, je me suis demandée si des saumons n’allaient pas me doubler. J’étais bien contente de trouver quelques accalmies pour pouvoir ramener au moins quelques images de la voiture (souvent mouillée vous constaterez).

Jeep Cherokee 2018

Je peux vous dire que pour une fois j’étais bien contente de ne pas tester une sportive sous ces conditions météo, et je dois bien avouer que d’être au volant d’un bon gros Jeep était assez sécurisant, que ce soit avec la version 2 ou 4 roues motrices.

Evolution du style

Si l’histoire automobile n’est pas forcément mon point fort, lors de cet essai Jeep avait fait les choses bien pour parfaire ma culture automobile. En plus de nous permettre de découvrir l’ensemble de la gamme actuelle en statique, la marque nous a fait une petite rétrospective de ce qu’était le Cherokee avant, avec plusieurs modèles de 1975 à 1998 exposés. L’occasion de découvrir ou redécouvrir les évolutions de ce modèle incontournable dans la gamme du constructeur.

1975 – Jeep® Cherokee “S” : 

Ancien Jeep Cherokee S - 1975

1977 – Jeep® Cherokee “S” :

Ancien Jeep Cherokee S - 1977

1978 – Jeep® Cherokee Levi Edition : 

Ancien Jeep Cherokee Levi Edition 1978

1980 – Jeep® Cherokee Chief : 

Ancien Jeep Cherokee Chief 1980

1998 – Jeep® Cherokee XJ : 

Ancien Jeep Cherokee XJ - 1998

Moi c’est surtout ce dernier que je connais, je l’avais beaucoup croisé au Canada et USA lors de mes voyages dans ces contrées où le 4×4 / SUV était roi (avec les mini vans et les pickups) …

Pour revenir à notre version 2018, on note une évolution du style dans la lignée de ce que l’on a pu découvrir avec le Jeep Compass.

Jeep gamme 2018 : trackhawk, Cherokee, Compass, Renegade

Si la face avant de la version précédente avait pu un peu surprendre côté style, l’actualisation de celle-ci avec de nouveaux feux rend l’ensemble avant un peu plus cohérent et moins clivant. Le Cherokee conserve bien entendu sa calandre marquée des 7 griffes verticales, mais les lignes s’affinent un peu pour donner un peu plus d’élégance au design global et pour mieux coller aux tendances du moment.

Jeep Cherokee 2018

Il n’est pas vraiment surprenant au niveau de son look, il est le bon élève au style discret. Pour plus d’excentricité, il y a de quoi faire dans la gamme Jeep avec le petit rebelle Renegade ou l’aventurier Wrangler. Ici nous avons quand même un SUV qui s’adresse globalement à une clientèle urbaine qui n’a pas forcément envie de se faire remarquer.

Jeep Cherokee 2018

Comportement routier

Le Cherokee n’est pas pensé comme un baroudeur à la différence d’autres modèles (prochainement testés), mais comme un SUV qui roulera essentiellement sur route. Cela ne lui enlève pas ses bonnes capacités à faire du tout chemin ou à affronter des conditions météos dantesques (bon ok j’exagère un peu).

Jeep Cherokee 2018

Lors de cet essai j’ai pu essayer le Cherokee à la fois sur autoroute, sur petites routes cabossées, sur des routes inondées, en ville, en off-road sur des chemins mais aussi sur du sable. Un panel suffisamment varié pour se faire une bonne idée du véhicule. S’il n’est pas parfait ou spécialement innovant, le Cherokee fait le job et après tout c’est ce qu’on lui demande non ?

Jeep Cherokee 2018

C’est vrai que le renouvellement de ce Cherokee n’impacte que peu son comportement routier, certains pourraient le trouver un peu à la traîne face à une concurrence de plus en plus grande, mais quelque part est-ce que l’on a tous besoin du dernier cri ? Si c’était le cas le Duster de Dacia ne se vendrait clairement pas autant (et le tout nouveau Jimny ne ferait pas chavirer les coeurs des journalistes) même si on n’est pas dans la même gamme de prix. Ici on n’a pas un véhicule révolutionnaire dans sa philosophie, mais il est sain et je suis persuadée qu’il plaira pour ça.

Jeep Cherokee 2018

Si j’avais reproché lors de mon essai du Compass, une association boîte / motorisation pas tout à fait en phase avec ce que j’attendais d’un nouveau véhicule dans cette gamme des suv compact. Ici j’ai trouvé les 195 ch du nouveau moteur 2.2 l diesel Multijet plus cohérent avec la boîte automatique à 9 rapports. J’ai avalé les kilomètres de route à travers la Sicile sans râler pour autre chose que les trombes d’eau et la saleté de cette île (et on nous saoule avec l’écologique, quelle blague)… Il y a toujours quelques latences dans la gestion de la boîte, mais avec 195 ch et 450 Nm de couple on arrive à se sortir de bien des situations sans avoir à pester contre la voiture.

Jeep Cherokee 2018

Il y a par contre une différence notable entre la version 4×2 et la version 4×4, en 2 roues motrices le Cherokee est plus bas et cela impacte un peu le ressenti et la tenue de route avec un centre de gravité abaissé. On a aussi une auto au confort plus ferme, peut-être un peu trop par rapport à ce qu’on en attend, au moins la voiture ne nous invite pas à dépasser les limites mais à jouer la carte de la conduite tranquille (un modèle qui n’attirera pas les pilotes du dimanche et tant mieux). Il n’empêche qu’en 4×2 comme en 4×4 je n’ai eu aucun soucis à me sortir des routes inondées ou du sable, si ces capacités seraient encore perfectible, l’essentiel c’est de se sentir à l’aise et en sécurité derrière le volant, et là dessus je n’ai eu pas eu de reproche à lui faire.

Jeep Cherokee 2018

Evolution technologique

Le Cherokee intègre toutes les aides à la conduite et les technologies que l’on a pu découvrir avec le Jeep Compass, histoire d’offrir des éléments de sécurité pour tous les passagers à son bord aussi bien dans la prévention des accidents, les aides au stationnement, et les autres éléments de confort comme le régulateur de vitesse adaptatif … Cela manquait un peu à la génération précédente, c’est rattrapé maintenant.

Ce nouveau Cherokee propose aussi une nouvelle version du système Uconnect avec son écran tactile 8.4″, un système que je trouve pas mal fait (quand chez d’autres marques certains systèmes embarqués restent un grand mystère) et il est assez complet en termes de paramétrage. On peut aussi connecter son téléphone portable avec Apple Carplay et Android Auto pour avoir quelques services en plus.

Jeep Cherokee 2018

Petit plus que j’apprécie sur ce modèle sur les finitions Limited et Overland, si les compteurs sont toujours analogiques, il y a un écran 7″ entre ceux-ci qui dispense une variété d’informations. La majorité du temps j’y affichais la vitesse en numérique, mais on peut paramétrer celui-ci et je trouve les informations dispensées assez clair. Il y a juste un petit décalage des fois dans les informations de navigation entre ce qui est indiqué sur cet écran et ce que la cartographie complète nous permet de comprendre… Mais ça c’est souvent le cas dans mes autres essais de voitures.

Jeep Cherokee 2018

Des finitions avec une qualité en hausse pour l’intérieur, des rangements pratiques (dont un emplacement pour poser son téléphone), et un bon volume de coffre de 437 litres (et jusqu’à 570 litres) viennent compléter les qualités de ce modèle.

En bref

Le Cherokee se renouvelle sans se révolutionner, pour autant son design s’affine avec cette version, son offre se complète avec toujours plus de technologie et il accueille de nouveaux moteurs dont ce 2.2 l diesel Multijet de 195 ch (il faut bien essayer de coller à WLTP). Hélas on ne coupera pas au malus avec des émissions de CO2 (selon NEDC Corrélé) de 161 g/km pour la version 4×2 et jusqu’à 179 g/km pour la version 4×4, et il n’y a pas à dire le malus fait quand même mal surtout pour des tarifs débutant à 36 450€.

Jeep Cherokee 2018

Le Cherokee est disponible en 3 finitions : Longitude, Limited et Overland, en attendant d’autres finitions en 2019. J’ai essentiellement roulé dans la version Limited, celle que je serais tentée de vous recommander pour avoir un bon compromis entre équipements de confort et finition. Quant à choisir entre 4×2 ou 4×4, je ne peux que recommander d’opter pour la version 4×4, un cran au dessus pour le comportement routier.

Jeep Cherokee 2018

Il n’est pas le premier de la classe mais il n’est pas non plus un cancre, ce Cherokee a au dessus de la moyenne mais comme à certains élèves, on pourrait ajouter la mention “avec quelques efforts supplémentaires pourrait faire nettement mieux”. En tout cas malgré l’état des routes (parfois chaotiques quand elles n’étaient pas détrempées) il m’a conduit à bon port et sans même me rendre nauséeuse, ce qui mine de rien est signe d’une bonne base !

En tout cas je suis curieuse d’aller tester le Wrangler dans quelques jours … alors si cet essai vous intéresse aussi suivez-moi sur les réseaux sociaux.

 

A propos de l'auteur

Raphaelle

Raphaelle

Passionnée d'automobiles surtout quand elles ont des chevaux sous le capot, je parle des voitures sans me limiter à la palette des couleurs des citadines... .

Entre coups de coeur et coups de gueule, je m'exprime souvent sans langue de bois mais toujours avec humour.

Basée en Alsace, je profite pleinement de l'autobahn illimitée pour taquiner les VMax des voitures...

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.