Sur la route

Cambodge : un pays à forte concentration de Lexus

lexus RX cambodge
Raphaelle
Rédigé par Raphaelle

Les voyages sont souvent une source d’étonnements et découvertes, lors de mon voyage au Cambodge cet hiver en plus des Tuk-Tuk de ce pays, j’ai fait un étrange constat en circulant dans Siem Reap : c’est la ville où j’ai vu la plus forte concentration de véhicules toute génération confondue de la marque Lexus, et cette observation se fait aussi dans la capitale Phnom Penh.

C’est simple même aux USA, qui est le plus gros marché pour la marque, je n’ai jamais croisé autant de Lexus qu’en quelques jours au Cambodge (il faut dire que les ventes sont plus diluées dans ce grand pays, même si certains états comme la Californie sont un terreau fertile pour des véhicules badgés Lexus). C’est d’autant plus surprenant que la marque n’est pas officiellement implantée dans ce pays.

Mais alors d’où viennent alors toutes ces voitures ?

En faisant une recherche rapide sur Google j’ai pu remarquer que je n’étais pas la seule à m’étonner de cette présence massive de Lexus dans un pays (relativement) pauvre (petit sursaut de l’économie ces dernières années). J’ai décidé sur place de poser la question à notre chauffeur de taxi / tuk-tuk, lui roule dans un 4×4 Toyota qui a déjà bien vécu. Les échanges restent assez sommaires, cela ne fait que 2 ans qu’il a appris l’anglais mais c’est suffisant pour découvrir certaines choses.

C’est assez pour comprendre que depuis la disparition des Khmers Rouges en 1975, le gouvernement (communiste / nationaliste) remplaçant la junte a difficilement amélioré l’économie du pays mais fini par l’ouvrir à l’économie de marché et au tourisme. On sent aussi une certaine colère /rancoeur quand il nous explique que les élites politiques sont corrompues et que les gros 4×4 récents que l’on croise (dont un magnifique Audi Q7 flambant neuf) appartiennent généralement à des membres du gouvernement (politiques ou haut-fonctionnaires corrompus), on peut les distinguer à leur plaque. Ces véhicules finissent généralement assez rapidement sur le marché de l’occasion en local, puisqu’ils aiment avoir de nouveaux joujoux régulièrement.

cambodge street

Le marché gris est très développé au Cambodge, avec quelques fonctionnaires dont on peut facilement graisser la patte pour qu’ils signent les documents qui vont bien (ou qu’ils ferment les yeux), il est facile de faire entrer sur le territoire des véhicules ou des pièces détachées qui viennent d’autres pays. En 2014, sur près de 2300 Toyota Camry (auto la plus importée) entrant sur le territoire Cambodgien moins de 2% des véhicules sortaient effectivement du revendeur officiel et local Toyota, les 98% restant sont donc des importations hors réseau officiel.

Depuis les années 1990, la majorité des véhicules circulant dans le pays sont des imports US, il s’agit généralement de véhicules de seconde main, voire même de véhicules impropres à la circulation aux USA (accidentés, récupérés après des inondations…). Près de 40 000 voitures sont importées chaque année au Cambodge par ce marché parallèle soit 10 fois plus que la revente par les réseaux officiels.

Les Lexus et Toyota sont très appréciées pour leur fiabilité, le faible coût des pièces et l’image qu’elles donnent, on le remarque facilement si on prend l’échantillon de vente sur les premiers mois de 2014 :

Most imported cars* (*From January to May 2014)
• Toyota Camry (2,827)
• Toyota Highlander (2,615)
• Lexus RX300 (986)
• Nissan Frontier (934)
• Toyota Tacoma (718)
• Toyota Prius (714)
• Toyota Corolla (627)
• Toyota RAV4 (514)
• Kia Visto (321)
• Toyota Hilux (210)

En 2012, Toyota (et Scion) représentait jusqu’à 40% des véhicules roulant sur les routes cambodgiennes (Camry, Corolla, Land Cruiser, 4-Runner, Hilux et Rav-4). Mais si voir de nombreux véhicules Toyota n’est pas forcément surprenant dans un pays pauvre mais en développement, c’est l’abondance des Lexus RX300 et RX330s (voire même de LX), qui a le plus attiré mon attention sur ces quelques jours à Siem Reap (ville des temples d’Angkor) surtout quand on connait le positionnement premium de la marque (et ses tarifs).

Surtout que le petit détail qui tue, c’est que ces voitures haut de gamme sont souvent affublées de gros stickers brandés “Lexus” sur la carrosserie pour être certain que l’on sache que celui a son volant fait partie de ce qu’ils appellent la “brigade Lexus” … une sorte de Graal pour nouveaux riches… ces Lexus représentent en 2012 20% des véhicules circulant à Phnom Penh et Siem Reap (deux principales villes du pays) et sont toutes des voitures d’occasion (car il n’y a pas de revendeur Lexus au Cambodge).

Quand on sait que Lexus doit représenter moins de 1% des ventes annuelles en France, on ne peut être que surpris d’en croiser autant dans un pays où une grande majorité de la population roule encore en vélo ou scooter et/ou ne possède pas de voitures (voire pas de logement décent). Un pays qui comporte toujours plus de pistes que de routes macadamées sécurisées, et pourtant c’est un pays où les véhicules de luxe commencent à devenir de plus en plus fréquent (y compris des Rolls Royce) … cherchez l’erreur !

cambodge street

 

A propos de l'auteur

Raphaelle

Raphaelle

Passionnée d'automobiles surtout quand elles ont des chevaux sous le capot, je parle des voitures sans me limiter à la palette des couleurs des citadines... .

Entre coups de coeur et coups de gueule, je m'exprime souvent sans langue de bois mais toujours avec humour.

Basée en Alsace, je profite pleinement de l'autobahn illimitée pour taquiner les VMax des voitures...

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.