Evenements auto

#iaa2019 : les écologistes perturbent le salon automobile de Francfort

Raphaelle
Rédigé par Raphaelle

Alors que le salon de Francfort a ouvert ses portes au public ce jeudi 12 septembre, les premières journées ont été émaillées d’incidents généralement à l’initiative d’associations écologistes et notamment encouragées par Greenpeace. Comme si l’IAA avait vraiment besoin de ces blocages, en plus de la faible représentation des constructeurs automobiles sur cette édition, dont l’ambiance est déjà assez particulière au sein de la Messe (relire mon debrief à chaud).

Retour sur les principales actions

Lors de la première journée presse du 10 septembre, Greenpeace a installé à l’extérieur de la Messe un SUV XXL avec un énorme ballon représentant le CO2 rejeté par ce genre de véhicule. Ce n’était là que le premier acte de nombreux incidents venus troubler la fête de l’automobile.

La suite se déroule le jeudi 12 septembre, alors qu’Angela Merkel est venue inaugurer le salon avec un discours invitant les constructeurs à prendre à bras le corps cette révolution de la mobilité et à travailler à restaurer la confiance avec les clients (post-dieselgate), des manifestants se sont invités lors de cette première journée publique et ont grimpé sur des SUV exposés dans le salon (notamment chez les constructeurs allemands BMW et VW) en agitant des banderoles “Klimakiller” (“tueur de climat” pour ceux qui sont fâchés avec la langue de Goethe).

Et si je ne suis pas une grande écologiste (même si le sujet me concerne quand même), j’avoue que le message “la protection du climat plutôt que des SUV ” n’est pas pour me déplaire. Je désespère toujours autant de voir que se lancent sur le marché SUV sur SUV, alors que l’on sait pertinemment qu’ils consommeront plus qu’une berline équivalente (et pollueront plus par la même occasion). Quoiqu’on en dise (ou surtout quoiqu’en disent les services marketing des constructeurs) le SUV n’est pas un véhicule adapté à la circulation en ville, et sans forcément vouloir pousser tout le monde à se convertir au vélo ou aux transports en commun (car ce n’est pas toujours possible et que l’on est pas tous des urbains), il serait temps d’arrêter le “bullshit blabla” autour de l’aspect sécuritaire du SUV.

Bref, c’était donc l’acte 2 de Greenpeace sur le salon, la suite se déroulait ce vendredi à Francfort avec de jeunes manifestants. Loin de créer de grosses répercussions vu le nombre d’étudiants mobilisés, cette manifestation de “Fridays for Future” (grèves des étudiants pour le climat lancées à partir d’août 2018 par Greta Thunberg et reprises de manière internationales depuis) avec sitting devant la Messe, est quand même une épine dans le pied de plus pour le salon.

Mais si les actions des premiers jours étaient relativement anecdotiques, ce samedi c’est une manifestation d’une autre ampleur qui est venue perturber ce qui est habituellement la première grosse journée du salon. En effet, plus de 25 000 manifestants selon Greenpeace (15 000 selon la Police) se sont lancés à l’assaut de Francfort, beaucoup sont venus à vélos des villes voisines. Un véritable rallye de 18 000 cyclistes a été organisé pour valoriser la mobilité douce, condamnant même certaines autoroutes le temps de la manifestation, et avec comme point de rassemblement le centre des expositions (Messe) et le centre-ville de Francfort, où les ont rejoint les manifestants venus à pied et en transports en commun.

Si les messages des jours précédents tournaient autour du gaspillage généré par la mode du “tout SUV”, aujourd’hui c’est l’industrie automobile au sens large qui est visée. Les associations les plus virulentes souhaitant d’ailleurs en finir avec ce mode de transport qu’ils considèrent comme d’un autre âge, ils veulent que la mutation vers la mobilité électrique et vers des solutions plus douces soient une priorité des gouvernements et des constructeurs, quitte à chasser l’automobile des villes. Ils veulent définitivement en finir avec les moteurs thermiques avec comme slogan “Sortez du moteur à combustion – Demi tour maintenant”, sauf qu’ils semblent oublier l’impact économique qu’une transition de ce type mal préparée pourrait avoir sur leur pays. L’industrie automobile en Allemagne comme en Europe est pourtant une manne d’emplois qui pourrait finir sacrifié sur l’autel de l’écologie.

Cette protestation a été lancée par l’alliance #aussteigen, à laquelle participent ADFC, BUND, Campact, Deutsche Umwelthilfe, Greenpeace, NaturFreunde Deutschlands et VCD. Rendez-vous semble avoir été pris pour une autre manifestation dès demain (dimanche) pour un nouvel opus, et on peut se demander si d’autres incidents ne vont perturber l’IAA d’ici sa clôture. Même si 60 000 visiteurs se sont rendus sur le salon aujourd’hui, c’est bien moins que ce que pourrait être un samedi normal.

Le président du VDA avait pourtant ouvert le dialogue

La menace qui pesait sur le salon avait déjà obligé l’organisateur de l’IAA (VDA, équivalent de notre CCFA en France) à engager le dialogue avec les différentes ONG et associations quelques mois en amont de l’événement.

Même si l’incitation à transformer le salon automobile vers un salon plus global autour de la mobilité commence à se faire sentir dans l’organisation du salon, ce n’était pas assez pour les associations écologistes.

Ces mêmes débats semblent aussi agiter le VDA (“Verband der Automobilindustrie” littéralement Union de l’industrie automobile) qui réunit les constructeurs automobiles et les équipementiers. Une des raisons qui explique peut-être pourquoi le président de VDA Bernhard Mattes a déposé sa démission ce 12 septembre 2019 juste après l’inauguration du salon en compagnie d’Angela Merkel.

Une décision que de nombreux constructeurs & équipementiers allemands semblent regretter, si l’on croit les déclarations officielles, enfin quasiment tous car le groupe Volkswagen est le seul à ne pas s’être exprimé sur la question à ce jour, il semblerait que les relations étaient particulièrement tendues entre le président du VDA Mattes et Herbert Diess (patron de Volkswagen).

Et pour finir d’achever une bête déjà à terre (l’IAA Frankfurt, je précise), les rumeurs d’une relocalisation du salon à Berlin se font de plus en plus pressantes. Un salon qui évoluerait drastiquement vers un événement moins centré sur l’automobile et plus orienté “mobilité durable” et qui pourrait également fusionné avec le salon technologique de Berlin (IFA), si l’on en croit les articles sur Bild.de. Je crois que les carottes sont cuites pour l’IAA Francfort.

A propos de l'auteur

Raphaelle

Raphaelle

Avoir des chromosomes XX n'empêche pas d'apprécier les voitures et les belles mécaniques, bien au contraire. Je pense même que cela permet d'apporter un regard différent sur le secteur automobile, sans pour autant devoir se limiter à commenter la palette des couleurs des citadines.

J'ai grandi baignée dans l'univers automobile, je me suis fait plaisir avec des sportives raisonnables, j'ai passé des heures voire des week-ends au sein de clubs automobiles. Depuis maintenant plus de 7 ans, j'édite seule le site Miss280ch. Entre coups de coeur et coups de gueule, je m'exprime souvent sans langue de bois, mais toujours avec humour et honnêteté.

Basée en Alsace, je profite de l'Autobahn illimité pour taquiner les VMax des voitures ou des Vosges pour tester les châssis ... ce terrain de jeu est parfait.

1 commentaire

  • Je te rejoins tellement sur la SUV-mania qui est savamment orchestrée mais qui, si l’on reste objectif, est une imposture. Les SUV n’ont pas un espace à bord si important que cela, et moi qui suis papa d’une famille nombreuse, j’ai investi dans un beau monospace tout… vieux pour avoir une vraie aisance à bord. Je ne comprends toujours pas l’engouement pour le SUV… tu as une explication ?

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.