Essai

Deux Abarth sinon rien … l’essai de la 595 Pista et de la 124 spider

Raphaelle
Rédigé par Raphaelle

Ce double essai de l’Abarth 124 Spider et de la 595 Pista était un vrai plaisir, à la fois parce qu’il se déroulait en local pour moi (en prime pas de réveil aux aurores pour une fois) sur les magnifiques routes entre les cols vosgiens et l’Alsace (sur les traces du rallye du même nom) et que ça faisait un moment que je n’avais pas conduit des petites essences aux sonorités envoûtantes. Alors finalement rien qu’avec l’introduction on pourrait croire que j’ai déjà tout dit mais je vous invite à pousser la lecture un peu plus loin.

Prise en main de l’Abarth 595 Pista

La dernière fois que j’ai pris le volant d’une Fiat 500 cela n’a pas vraiment été l’amour fou et c’était en 2012, mais bon là quand on parle d’un modèle de 500 revu et corrigé par Abarth, on entre quand même dans un autre univers.

La gamme 500 c’est une question de philosophie, on aime ou pas (son design, look, agilité, motorisation…), pour moi ça sera toujours de bonnes petites urbaines, mais j’ai toujours eu du mal à comprendre le positionnement des versions Abarth dans cet échiquier commercial, mais ça finalement c’était avant de prendre le volant de cette 595 Pista en version cabriolet.

abarth 595c pista abarth 595c pista

Les premiers tours de roue se font à Strasbourg, et forcément comme on est un peu joueur c’est avec le toit du cabriolet ouvert et le mode sport enclenché que l’on a parcouru la ville avec mon copilote de ces deux jours Jack. Forcément cette voiture est très à l’aise dans cet exercice urbain, c’est dans son ADN, mais le mode sport qui fait plus que chanter les échappements Abarth Record Monza sont peut-être presque un poil too much. C’est un régal pour les oreilles et cela invite au jeu, mais on pourrait vite passer pour des kékés en en abusant en ville surtout qu’on n’exploite pas les autres attributs de la voiture…  du coup on sort de Strasbourg fissa pour aller chercher les petites routes tranquilles des Vosges.

On aura par contre re-capoté sur l’autoroute car au-delà de 100km/h les bruits aérodynamiques toit ouvert sont désagréables, en dehors de ça on profite d’un certain agrément de conduite surtout qu’à la différence des 500 plus classiques on en a sous le pied, on n’a pas besoin d’être pied au plancher pour se mouvoir dans un rythme adapté au trafic. Les choses sérieuses commencent quand les routes se font de plus en plus sinueuses, c’est à partir de ce moment là que l’on peut tester les aptitudes de cette version Pista.

abarth 595c pista abarth 595c pista

Sur le tracé de certaines spéciales du rallye on peut même se lâcher un peu sur le rythme, je jette quand même de temps en temps un coup d’oeil à mon copilote histoire de voir s’il ne tourne pas au vert ou ne s’accroche pas trop à la poignée, mais à priori tout va bien. La 595C Pista est très agile et joueuse, son freinage est précis et semble-t-il assez endurant (disques de frein ventilés et perforés), on prend du plaisir à la faire chanter dans le calme de la montagne. On apprécie facilement le poids de la bestiole qui contribue à ce qu’elle réagisse assez facilement aux sollicitations.

abarth 595c pista abarth 595c pista

Bref elle est facile à prendre en main avec ses 160 ch pour 1075kg (version cabriolet), un couple de 230 Nm dès 3000 tr/min. Maintenant comme j’aime bien chercher la petite bête, il y a deux choses que j’ai moins aimé : la position de la boite de vitesse qui demande quand même un moment d’adaptation et m’a quand même fait faire quelques loupés et le centre de gravité de cette 595. Même si elle est basse y a comme un effet ballon (j’en ai même le générique de PacMan en tête) c’est encore plus flagrant quand on passe sur la 124 après.

Petite chose marrante avec cette version Pista pour les pistards, c’est que dans le système Uconnect live grâce au système de télémétrie Abarth vous pouvez charger les cartes des principaux circuits et mesurer vos performances (obtenir aussi le tracé et des conseils pour vous améliorer) et même partager les résultats. Un petit + différenciant pour ceux qui oseront faire sortir la 595C de sa zone de confort (la ville).

abarth 595c pista abarth 595c pista abarth 595c pista abarth 595c pista abarth 595c pista abarth 595c pista

L’essai de l’Abarth 124 spider

Doit-on encore présenter la Fiat 124 spider ? Soeur jumelle de la Mazda MX-5 mais avec ses propres motorisations et des lignes directement héritées du modèle 124 Abarth de 1972. Dès sa présentation à Genève en 2016, mon attention a plutôt été attirée par la version Abarth avec sa peinture bi-ton qui lui conférait tout de suite un caractère beaucoup plus trempé et des finitions intérieures plus soignées. En tout cas c’est un petit roadster qui sent bon la dolce vita, sauf qu’en optant pour la version piquée par le Scorpion impossible de cruiser inaperçu.

abarth 124 spider abarth 124 spider

Coté motorisation, on trouve sous le capot de l’Abarth le 4 cylindres 1.4 MultiAir poussé à 170ch avec un couple de 250 Nm (à 2500tr/min). Le poids de l’auto est contenu avec 1060 kg sur la balance (en boîte manuelle). Quand on ajoute à ça les échappements “Record Monza” et la position de conduite très proche du sol et presque installé sur l’essieu arrière, ça sent bon la voiture plaisir quand même. Comme quoi on n’a pas toujours besoin d’une débauche de puissance pour se faire plaisir.

Après une pause pour switcher de la 595 Pista à la 124 spider et boire une boisson fraîche, j’ai eu du mal à prendre mes marques pour profiter des spéciales, je me suis vite demandé si c’était moi ou la voiture, j’ai donc laissé le volant à Jack (tout l’intérêt d’être en binôme) qui lui a très vite pris le coup de main (c’était donc moi le point faible entre le volant et le pédalier). Clairement la fatigue et la chaleur m’avaient rattrapé, pas grave j’ai pris ma revanche le lendemain matin à la fraîche et là c’était vraiment sympa.

abarth 124 spider abarth 124 spider

Finalement c’est très différent des impressions en 595, la 124 spider avec son centre de gravité très bas permet de jouer pas mal, elle pardonne mêmes les excès d’optimisme et les freins Brembo sont efficaces pour pouvoir donner le rythme. Pas besoin de se sentir l’âme d’un pilote pour en profiter, on peut aussi prendre du plaisir en cruisant tranquillement en solo ou à deux. Cette voiture ronronne à bas régime, et il n’est pas un village alsacien traversé où les habitants n’ont pas cessé leur activité pour nous regarder passer.

abarth 124 spider abarth 124 spider

Déroutant par contre certains détails de l’intérieur, comme la position du frein à main, en plus la blonde que je suis a pris l’habitude des aides au démarrage en côte alors cela m’a manqué sur cette Abart 124 spider (j’ai honte j’ai calé). Le système infotainment est aussi un peu moins pratique en terme de lisibilité mais vous voyez il s’agit surtout de points de détails, dans l’ensemble je trouve que cette petite voiture peut être bien sympa … dès lors que l’on sait voyager léger (valable aussi pour la 595 Pista).

 abarth 124 spiderabarth 124 spider abarth 124 spider abarth 124 spider abarth 124 spider abarth 124 spider

J’étais vraiment ravie de découvrir ces deux modèles et dans ces conditions, deux esprits très différents mais deux voitures sympathiques surtout côté sonorité, aussi bien adaptées pour le quotidien comme pour le WE. Côté tarif on débute à 23 100€ pour la 595 Pista Cabriolet et 40 000€ pour l’Abarth 124 spider…. Je classe quand même la 124 spider dans mes essais coup de coeur de cette année.

A propos de l'auteur

Raphaelle

Raphaelle

Passionnée d'automobiles surtout quand elles ont des chevaux sous le capot, je parle des voitures sans me limiter à la palette des couleurs des citadines... .

Entre coups de coeur et coups de gueule, je m'exprime souvent sans langue de bois mais toujours avec humour.

Basée en Alsace, je profite pleinement de l'autobahn illimitée pour taquiner les VMax des voitures...

1 commentaire

  • Je prefere la Mazda miata que cette Fiat 124 pour la carrosserie… j’aurais aimé par contre une version plus puissante de la mx-5 pour justement comme l’abarth pouvoir jouer un peu plus … trop sage comme voiture

Laisser un commentaire