Coup de coeur Pub & Marketing

Gros coup de coeur pour le court métrage : Bertha Benz – le voyage qui a tout changé

Bertha Benz film Mercedes
Raphaelle
Rédigé par Raphaelle

J’avais tellement la tête dans le guidon concernant le traitement de l’information du salon de Genève que je suis passée à côté de cette pépite. Si le 8 mars j’étais plutôt en train de râler contre les marques qui ont transformé la journée internationale des droits de la femme en une foire commerciale à la promotion sur des petites culottes, je suis passée à côté de cette belle initiative de Mercedes, que je tiens à saluer après coup.

Si vous avez loupé la diffusion de ce court métrage, je vous invite à prendre 4 minutes de votre temps pour le regarder, car pour moi il vaut le coup d’oeil. Au-delà des considérations très “girl power” que je pourrais avoir à vous inciter à regarder ce film dont le message est en faveur des femmes, ce court-métrage nous embarque littéralement dans un voyage dans le temps jusqu’en 1888 dans une esthétique parfaite.

Cette vidéo permet aussi de remettre les pendules à l’heure, et nous rappelle que derrière toute invention attribuée à un homme (à tort ou à raison), il y a souvent une ou des femmes cachées dans leur ombre.

Je ne connaissais pas l’histoire de Bertha Benz, il est sûrement plus que temps que j’aille faire un tour au Musée Mercedes de Stuttgart, et encore moins ce qu’elle avait réalisé pour la Benz Patent motorwagen en se lançant dans un voyage de plus de 100 km avec ce que l’on considère comme la première automobile.

Ce court film est presque frustrant, j’en veux clairement plus… j’étais embarquée dans l’univers de Bertha Benz et je suis déçue d’en avoir que 4 minutes. On dirait la bande annonce d’un blockbuster, on veut l’histoire complète. Vous n’êtes pas d’accord avec moi ?

Bertha Benz film Mercedes

En tout cas, ce message final accompagné de cette musique est une claque “she believed in more than a car, she believed in herself”, et pour les non-anglophone ça donne “elle croyait en plus qu’une voiture, elle croyait en elle”. Il fallait bien ça pour se lancer dans une telle aventure il y a 130 ans, alors que tout le monde croyait que l’automobile n’avait aucun avenir, que ce n’était qu’une passade et que rien ne détrônerait les chevaux.

C’est d’ailleurs sous les accusations de “sorcellerie” que démarre ce film. Forcément un homme sur une voiture avançant sans cheval n’aurait pas été traité de sorcier, éventuellement juste de “fou”… la joie de la discrimination déjà à cette époque. Mais force est de constater que la détermination permet de dépasser cela, même s’il a fallu plus de 12 heures à Bertha Benz pour faire les 106 km du trajet jusqu’à chez ses parents avec ses deux garçons, elle l’a fait. Et ce n’est pas une fuite accompagnée d’une panne d’essence, enfin de ligroïne (“ether de pétrole”) qui allait l’arrêter apparemment.

Bertha Benz film Mercedes

Vous l’aurez compris je suis complètement emballée par cette histoire, j’ai déjà regardé ce mini film 8 fois.

Croire en ses rêves, avoir confiance en soi, voilà des messages universelles qui font du bien à entendre, alors que nos chaînes d’information ne diffusent que des messages négatifs, nous incitant à craindre l’avenir.

Érigée comme modèle, Bertha Benz doit inspirer d’autres femmes. En mettant en valeur cette pionnière, Mercedes veut motiver des vocations dans l’automobile. Finalement c’était la première “pilote d’essai” connue, qui l’aurait cru.

Bertha Benz Mercedes
Bertha Benz en 1870

Mercedes en profite pour rappeler qu’ils se sont engagés à féminiser les postes de direction, et cherchent à susciter plus de vocation chez les femmes. Un bon point pour eux, pour une fois que je ne suis pas taquine envers Mercedes Benz (notez-le).

A noter également que des célébrations Bertha Benz sont prévues au musée Mercedes-Benz du 3 au 5 mai 2019 pour le 170e anniversaire de la naissance (3 mai) et le 75e anniversaire de la mort de Bertha Benz (5 mai). Cette femme a en plus vécu 95 ans, je suis scotchée !

A propos de l'auteur

Raphaelle

Raphaelle

Avoir des chromosomes XX n'empêche pas d'apprécier les voitures et les belles mécaniques, bien au contraire. Je pense même que cela permet d'apporter un regard différent sur le secteur automobile, sans pour autant devoir se limiter à commenter la palette des couleurs des citadines.

J'ai grandi baignée dans l'univers automobile, je me suis fait plaisir avec des sportives raisonnables, j'ai passé des heures voire des week-ends au sein de clubs automobiles. Depuis maintenant plus de 7 ans, j'édite seule le site Miss280ch. Entre coups de coeur et coups de gueule, je m'exprime souvent sans langue de bois, mais toujours avec humour et honnêteté.

Basée en Alsace, je profite de l'Autobahn illimité pour taquiner les VMax des voitures ou des Vosges pour tester les châssis ... ce terrain de jeu est parfait.

2 commentaires

  • Merci Raphaëlle pour cet article qui m’a fait me plonger dans l’histoire de Mercedes-Benz. La légende populaire et les raccourcis que je n’avais jamais pris le temps de vérifier, me faisaient croire que Mercedes venait du nom de l’épouse de Carl Benz… Surprise en voyant cette superbe vidéo : elle s’appelait Bertha, était son associée et inventeuse des plaquettes de freins !
    Le nom de Mercedes provient de la fille de Emil Jellineck, concessionnaire DMG, français (!!!), qui déposa le nom de cette marque. A la suite d’une fusion de plusieurs entreprises, Mercedes-Benz AG était née (1926).
    Bertha Benz avait une vision éclairée du marketing, son périple de 106 Km faisant le premier “buzz” de l’automobile. Associée, inventeuse, commerciale : elle était pionnière dans beaucoup de domaines.
    Je ne suis pas attaché à cette marque à part quelques modèles bien précis mais là, admiration complète pour le personnage Bertha Benz qui sera célébrée comme elle le mérite en mai 2019 comme l’indique la fin de l’article. Belle vidéo pour une belle aventurière !!!

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.